Navigation – Plan du site
2013

Sainte-Colombe - Pont sud romain

Responsable(s) des opérations : Yves Billaud
Notice rédigée par : Yves Billaud

Entrées d’index

Keywords :

Antiquity

Chronologique :

Antiquité

Nature des opérations :

2013 – n° OA : 22 11129, Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 69189
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.845;45.517;4.872;45.533

1La question des franchissements antiques du Rhône au niveau de la cité de Vienne fait débat depuis la fin du xixe s. En 2011, une prospection subaquatique au sud de l’agglomération a été motivée par la mise en évidence sur des relevés de la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) d’un alignement d’anomalies bathymétriques. Il s’est avéré que ces anomalies correspondent à des massifs de pieux de grandes dimensions actuellement recouverts par 7 à 8 m d’eau. Les premières datations dendrochronologiques indiquent une mise en place dans la deuxième moitié du ier s. apr. J.-C.

2Bien que contrariée par une crue du Rhône, l’opération de 2013 a tout de même permis de débuter la topographie des pieux visibles sur une des piles proche de la rive droite. Les grandes dimensions de la structure, avec 20 m de longueur pour 8 m de largeur, sont confirmées ainsi que la présence de nombreux blocs architecturaux de dimensions métriques. Le relevé a été réalisé sur un tiers de l’emprise soit 63 m2. Avec 171 pieux repérés, la densité apparaît exceptionnellement élevée et amène à s’interroger sur la superposition de plusieurs états de construction. Nous ne disposons à ce jour que de quelques datations dendrochronologiques, ce qui ne permet pas encore de trancher formellement mais, déjà, la structuration qui se dégage du plan d’ensemble permet d’envisager qu’il s’agisse d’un seul ensemble homogène. En effet, il apparaît nettement un massif central dans lequel se devinent des alignements longitudinaux et, autour, à environ un mètre, deux rangées parallèles de pieux. Ces dernières, bien que discontinues, pourraient être les traces d’un système de palplanches.

3Ces premières observations montrent qu’il s’agit d’un franchissement ayant peu d’équivalent dans le monde romain, non pas par sa longueur (au minimum 140 m) mais par la dimension des piles et la densité de pieux. Il faut se tourner vers des ponts associés à des cités importantes comme à Maastricht sur la Meuse et, surtout, à Trèves sur la Moselle.

4Le massif de pieux est interprétable comme la préparation du terrain pour la pose de piles maçonnées dont les épandages de blocs architecturaux en calcaire blanc, seraient les restes. L’espacement entre les piles, supérieur à 20 m, plaide pour un pont mixte, avec un tablier en bois. La topographie étant encore incomplète, il subsiste nombre d’interrogations : longueur précise, présence d’un avant-bec, existence éventuelle de structures à l’amont (pour la construction ou pour la protection de l’ouvrage). Mais, déjà, avec douze mètres relevés d’amont en aval, il est plus que probable que le tablier soit à deux voies, ce qui encore une fois correspond à un pont important.

5La place de ce pont dans le réseau viaire paraît assurée en rive gauche avec la portion de voie encore visible dans le jardin public de Vienne. En revanche, en rive droite, la question reste ouverte. Le nouveau calage topographique des thermes du sud montre que le prolongement du pont en recoupe une partie au lieu, comme cela était envisagé jusqu’à présent, de les longer. De plus, le relief de la rive droite implique un aménagement particulier (pente, contournement). Enfin, il faut se demander sur quels éléments la première mention de l’aménagement est celle d’un « pont-aqueduc ». Certes celui-ci permettrait de répondre à la question de l’alimentation en eau du secteur de Sainte-Colombe mais à ce jour aucun élément factuel ne permet de l’attester.

6Cette campagne écourtée amène finalement plus d’interrogations que de données. Mais les divers indices repérés autour de la pile (fragment de colonne, plaques de marbre avec moulure, bloc mouluré,…) montrent que nous ne sommes qu’au début des découvertes dans cette partie du cours du Rhône. De là à rêver d’un buste d’empereur…

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Yves Billaud, « Sainte-Colombe - Pont sud romain », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 26 août 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15488

Haut de page

Responsable d'opération

Yves Billaud

Drassm – MCC

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org