Navigation – Plan du site
2013

Quincieux - Grange Rouge

n°22 11143 (février 2013 - septembre 2013)
Responsable(s) des opérations : Cécile Ramponi
Notice rédigée par : Cécile Ramponi

Texte intégral

Code Insee de la commune : 69 163
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.734;45.894;4.811;45.939

1Le site de Quincieux Grange Rouge a été mis au jour lors d’un diagnostic réalisé en 2012 par E. Segain (Inrap), préalablement au projet d’élargissement de l’autoroute A46 entre les communes d’Anse et Genay. Les parcelles concernées par l’opération de 2013 se situent au lieu-dit Hautes-Combes, entre l’A46 et la Saône. Le cours d’eau coule à une distance de 250 à 700 m, légèrement en contrebas à une altitude de 167 m, alors que le site culmine à des altitudes comprises entre 170 et 172 m NGF, ne lui permettant pas d’être à l’abri des plus fortes crues.

2La fouille conduite pendant 7 mois a concerné une superficie de 9 ha. Plus de 1 900 structures ont été identifiées et 13 phases d’occupation s’étageant du Néolithique moyen à la période moderne ont été reconnues. Ces informations viennent compléter celles apportées par les fouilles précédemment menées en 1988 et 1989, directement contre ces parcelles, sous le tracé de l’A46 (fig. 36). Ces sites sont connus sous les appellations de Quincieux « Grange Rouge I » (Motte, Vicherd, 1989)», « Grange Rouge II » (Motte, 1988) », « Terre de Vaux » (Motte, 1988)» et « Lima » (Motte, 1988).

3Les travaux de post-fouille étant en cours au moment où nous écrivons cette notice, le compte-rendu des résultats reste lacunaire. Les attributions chrono-culturelles et les interprétations des occupations, plus particulièrement des périodes de la Préhistoire récente et de l’âge du Bronze, sont susceptibles d’évoluer fortement lors de l’étude en cours.

Le Néolithique

4Les plus vieux artefacts retrouvés lors du diagnostic et de la fouille sont des silex du Paléolithique supérieur et des anneaux disque en schiste, probablement du Néolithique ancien, tous hors contexte. Mais les premières installations pérennes du site semblent remonter au Néolithique moyen avec une quarantaine de structures en creux (fosses, foyer et une incinération), regroupées en plusieurs pôles sur une superficie d’environ 5 ha.

5Une vaste fosse contenant un abondant mobilier céramique du Néolithique final et notamment de nombreuses cuillères semble être l’unique représentante de cette période.

L’âge du Bronze

6Deux fosses isolées contenant des vases de stockage sont à signaler pour le Bronze ancien, alors que l’installation la plus importante se place au Bronze final 2b/3a. Pour cette période, deux pôles d’occupations distincts s’observent, avec une nécropole à incinération et un habitat. L’espace funéraire s’étend selon un axe nord-sud sur une superficie d’environ 3 hectares en incluant les urnes fouillées en 1989 à Terre de Vaux (Pichon, Hénon, 2005). Un minimum de 9 dépôts en urne avec ou sans vase d’accompagnement ont été retrouvés et 8 dépôts en pleine terre ou en contenant en matériaux périssables pourraient leur être associés. Une seule inhumation au fond d’une vaste fosse est localisée dans la partie habitat. Ce dernier se développe à l’ouest et au nord-ouest de l’ensemble funéraire sur plus de 7 ha, et comprend des batteries de silos et des aménagements s’apparentant à des ateliers. La variété typologique de la céramique semble indiquer un déplacement des implantations pour une durée d’occupation qui reste encore à définir (mobilier en cours d’étude).

L’âge du Fer

7La pérennité de l’occupation funéraire semble prouvée au Hallstatt C avec au moins deux sépultures à incinération. L’une d’entre elle occupe la partie centrale d’un enclos circulaire, ce qui nous permet de proposer d’y associer, avec réserve, les six autres enclos de la fouille, ainsi que les trois autres de Terre de Vaux. Parallèlement deux installations restreintes sont à signaler au nord du site pour les périodes du Hallstatt C et Hallstatt D3.

8Au second âge du Fer, plus particulièrement à la fin du iie s. et au début du ier s. av. J.-C., se met en place un système de fossés formant deux enclos quadrangulaires d’au moins 50 m de côté. L’un des fossés vient compléter celui reconnu lors de la fouille de Grange Rouge I. La présence à l’intérieur des enclos et, à proximité d’une cave, de fosses de fonction indéterminée, de greniers sur poteaux, de puits et de mobilier, indique au moins trois secteurs distincts d’occupation éloignés de plusieurs centaines de mètres.

La période gallo-romaine

9Des témoins de la période augustéenne sont localisés à proximité d’un des enclos laissant penser que l’installation agricole de La Tène finale trouve une prolongation à cette période, sous une forme restreinte.

10Les témoins du Haut-Empire (ier s. apr. J.-C.) et plus particulièrement de la seconde moitié du Ier s. apr. J.-C. sont également ténus. Une large excavation, ayant pu servir de cabane, associée à un réseau fossoyé et deux puits sont à signaler. Ces installations sont principalement localisées au nord de l’emprise fouillée.

11Malgré un hiatus d’environ deux siècles, une nouvelle implantation, localisée au même endroit que la précédente, se retrouve pour le Bas-Empire (de la fin du iiie s. au ve s. apr. J.-C.). Elle prend la forme d’un bâti excavé et de fossés d’orientations héritées des périodes précédentes.

La période médiévale

12Une occupation aux vie s. et viie s. apr. J.-C. prend la suite de l’établissement de l’Antiquité tardive, mais décalé d’une cinquantaine de mètres vers le sud. De vastes creusements de faible profondeur, associés à des poteaux et des foyers, se regroupent sur plus d’un hectare. Ces aménagements témoins d’un bâti en matériaux légers (pour habitation ou activités agricoles) restent à ce jour sans comparaison avec les occupations contemporaines au niveau régional.

13Du ixe au xie s. (Moyen Âge central), l’occupation semble se réduire, tout en se rapprochant de la Saône. Elle se caractérise par la construction de grands puits.

14Trois petits groupes de sépultures à inhumation totalisant 15 tombes ont également été retrouvés pour ces périodes. Leur relation avec l’habitat reste délicate. Sans mobilier et en l’attente des datations radiocarbone, elles sont datées en fonction de leur typo-chronologie. Le groupe le plus ancien pourrait se placer entre la moitié du ve s. et le viie s., tandis que les deux autres groupes se situeraient autour des ixe et xe s.

L’époque moderne

15Deux bâtiments, respectivement abandonnés au début du xviie et du xviiie s., ont été fouillés. La présence de vaisselle de table, de nombreux fragments de faisselles en terre (Horry, à paraître) et de quelques outils agricoles attestent de la vie quotidienne et des activités d’une ferme, tournée vers des productions agro-pastorales. La fonction précise de ces constructions reste hypothétique en l’absence de confrontation avec des sources écrites. Plus de 80 fosses contenant un ou plusieurs squelettes d’animaux (porcins, bovins, chevaux, chiens) ont été retrouvées en association avec ces installations, mais n’ont pas été fouillées.

Fig. 01

Vue aérienne de la fouille en juillet 2013

© rifflard.balloide-photo.com

Fig. 02

Quincieux : Plan général des opérations de fouille liées à l’A46

Inrap

Haut de page

Bibliographie

Pichon, Hénon, 2005 : Pichon M., Hénon P. : « La nécropole à incinération de Quincieux (Rhône) : différents cas d’associations d’offrandes et observations sur les bioturbations » : in Mordant C., Depierre G., Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France, table ronde de Sens, 1998, p. 277-304.

Horry, à paraître : Horry A. : « Poteries du quotidien. xvie-xviiie s. : Évolution, diffusion et consommation (Lyonnais-Forez-Dauphiné-Savoie-Pays de l’Ain) », Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes et Auvergne, à paraître en 2014.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/15459/img-1.png
Fichier image/png, 168k
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/15459/img-2.png
Fichier image/png, 876k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Cécile Ramponi, « Quincieux - Grange Rouge », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 26 août 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15459

Haut de page

Responsable d'opération

Cécile Ramponi

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org