Navigation – Plan du site
2013

Quincieux - Les Forgettes, A466 – Liaison A6/A46

n°22 11139 (février 2013 - juillet 2013)
Responsable(s) des opérations : Sylvain Motte
Notice rédigée par : Sylvain Motte

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.734;45.894;4.811;45.939

1L’opération archéologique réalisée sur le site des Forgettes s’est déroulée du 11 février au 12 juillet 2013. Suite à ce diagnostic, réalisé en 2012, trois zones de fouille et un sondage profond ont été prescrits :

  • la zone 1, au nord, est caractérisée par un espace funéraire (fin ive et ixe s.) ;

  • la zone 2, au sud, est surtout concernée par un habitat médiéval (fin ve jusqu’au xie s.) ;

  • la zone 3, au sud-ouest, comporte un autre ensemble funéraire (haut Moyen Âge).

2Sur la zone 4, localisée entre les zones 1 et 2, a été réalisé un sondage profond en palier afin de compléter l’étude stratigraphique dans les niveaux würmiens reconnus lors du diagnostic.

La Préhistoire

3Un gisement du Paléolithique supérieur, localisé au sommet d’un paléosol ancien, avait été fouillé lors du diagnostic. Matérialisé par de l’industrie lithique et de la faune, il fut d’abord attribué, avec réserve, au Gravettien, mais une analyse au radiocarbone lui attribuerait finalement une datation plus tardive du Magdalénien.

4L’exceptionnelle séquence d’alluvions lœssiques développée sur 8 m et de 3 paléosols stratifiés ainsi que la présence d’artefacts ont conduit à la prescription d’un sondage profond de 8 m (zone 4) afin de repérer d’autres éventuels vestiges préhistoriques et de compléter l’étude stratigraphique. Ces investigations ont permis d’atteindre un premier niveau, à - 2,60 m, qui a livré de la faune, et est probablement contemporain du locus magdalénien fouillé lors du diagnostic. Un autre niveau à faune würmienne a été atteint à 6 m de profondeur. Les premiers résultats des datations OSL indiqueraient la fin du Paléolithique moyen pour cet horizon.

5Au vu de ces résultats, treize sondages complémentaires ont été effectués. Dans ces derniers ont été recueillis d’autres fragments de fossiles quaternaires dont de l’équidé, du bovidé (bison ?) et très probablement du rhinocéros. Des traces de découpe sur certaines de ces pièces osseuses confirment la fréquentation humaine des lieux durant le Paléolithique. La séquence alluvio-lœssique fera l’objet, en 2014, de différentes analyses paléoenvironnementales telles la sédimentologie, la macromorphologie, la macologie et des datations par OSL et par 14C sur coquille.

Néolithique et Protohistoire

6De la céramique non tournée résiduelle provient des sépultures antiques et médiévales de la zone 1. Parmi ces lots lacunaires, des tessons du Néolithique moyen, du Bronze ancien, du Bronze final et du premier âge du Fer ont été distingués.

7D’autre part, neuf fosses ont été fouillées sur cette même zone 1 ; seule une d’entre elles a pu être datée du Bronze moyen grâce à son mobilier céramique.

8Dans la zone 2, quatre fosses ont fourni de la céramique non tournée. Ce mobilier permet de dater avec prudence une structure du Néolithique, une autre étant attribuée plus assurément au Bronze final.

9Enfin, sur le chantier autoroutier concomitant à la zone 2, du mobilier céramique a pu être récupéré en urgence. Ces poteries datées du Bronze moyen se trouvaient dans une fosse dont les limites n’ont pu être circonscrites.

10Quelques silex taillés du Paléolithique, mais surtout du Néolithique final, trouvés en position secondaire dans les structures d’époque historique, confirment une présence humaine ancienne sur cette terrasse qui domine la Saône.

Les ensembles funéraires

11Dans la partie nord-est de l’emprise autoroutière (zone 1), un ensemble funéraire composé de 253 tombes se développe sur 3 150 m2. Ces tombes ne sont pas associées à une église. Un fossé moderne, orienté nord-sud, qui traverse la zone d’emprise, a partiellement détruit les sépultures situées sur son tracé.

12Un noyau, constitué de 49 sépultures datées de la seconde moitié du ive s. apr. J.-C. et de la première moitié du ve s., a été identifié dans la partie centrale. Ces fosses sont pour la plupart très profondes (entre 40 et 65 cm) et très grandes (plus de 2 m de longueur pour une largeur d’environ 1 m), et tous les squelettes regardent vers l’ouest. Un peu moins de la moitié livre de la vaisselle en céramique et des dépôts de viande, qui se rapportent au repas funéraire (un à deux vases, un dépôt d’oiseau, le plus souvent préparé). Dans la plupart des tombes, les individus ont été inhumés dans des contenants de bois de forme rectangulaire, assemblés ou non par des clous, et dans quelques rares coffrages de tuiles et cercueils monoxyles. Des bâtières de bois ont pu être identifiées par l’analyse de la position des ossements humains conjuguée à celle de la répartition du mobilier, celui-ci étant presque systématiquement placé sur le couvercle ou sur les côtés. Ces analyses et l’examen des comblements permettent également de mettre en évidence des « tombes en chambre », c’est-à-dire que les fosses étaient coffrées, maintenant l’ensemble du dépôt en espace vide. À l’extrémité orientale, un petit édifice sur poteau, probablement une memoria, est implanté à la fin du ive s. pour une sépulture, et est agrandie pour en installer deux autres ; celui-ci n’a pas donné naissance à un sanctuaire, ce qui explique probablement l’abandon de l’ensemble funéraire dans le courant du ixe s.

13Les tombes du haut Moyen Âge sont dépourvues de dépôt de vaisselle et alimentaire, et les squelettes regardent en direction de l’est. Ces modifications semblent survenir dans le courant du ve s. Parmi les tombes les plus anciennes, on peut identifier des objets de parure et des accessoires vestimentaires dont la production débute au vie s. et s’achève au début du viie s. Jusque dans la première moitié du viie s. environ, les modes d’inhumation les plus fréquemment relevés consistent en des coffres de bois (non cloués) ou des coffrages de planches, pour la plupart de forme trapézoïdale, mais on a également identifié des formes déjà présentes aux ive-ve s. (bâtières de bois et contenants monoxyles). On retrouve également des tombes en chambre, comme le montrent à la fois les effondrements des parois des fosses et les restes de bois. À peu près au milieu du viie s., apparaissent des coffrages de dalles calcaires, et plus rarement de tegulae, ainsi que d’autres coffrages qui associent les dalles calcaires à des planches de bois. Généralement, ces formes architecturales sont relevées dans les contextes datés de la fin du viie et au viiie s. Enfin, quelques « tombes en fosse » sont présentes ; il s’agit d’inhumations réalisées à même les fosses qui adoptent un plan « anthropomorphe » avec les deux extrémités resserrées et un élargissement au niveau du bassin. Ces fosses sont connues pour émerger à partir de la seconde moitié du viiie s. dans nos régions, et sont particulièrement en vogue à partir du ixe s.

14On peut supposer que l’ensemble funéraire se met en place dans la seconde moitié du ive s. et qu’il est en fonction de manière continue jusqu’au début du ixe s. au plus tard. Le faible nombre de tombes dont les architectures sont typiques de la fin du viiie et du ixe s. laisse envisager que cet ensemble funéraire est abandonné au début du ixe s. Il semble se mettre en place dans la moitié sud-ouest de la surface occupée, et se développer vers l’est et vers le nord dans le courant du viie s.

15Un autre ensemble funéraire a été fouillé à une distance de 180 m environ au sud-ouest de celui-ci (zone 3). Il se distingue de l’autre par sa chronologie et par le mode d’implantation des tombes.

16Cet ensemble funéraire se compose de 43 tombes, dont 40 semblent implantées de part et d’autre d’un chemin. Ce chemin est probablement en partie postérieur à l’habitat qui se développe à l’est, puisque deux fosses sépulcrales ont été creusées dans un fossé comblé à la fin du vie s. Les tombes fouillées pourraient être en partie contemporaines des plus récentes de l’ensemble funéraire groupé, mais il apparaît globalement plus récent. En effet, la représentation des tombes en fosse est élevée, dont certaines sont aménagées d’une logette céphalique, lesquelles sont fréquentes à partir du ixe s. et notamment aux xe-xie s.

17Les 29 radiodatations entreprises pour ces deux ensembles funéraires permettront de préciser ce schéma élaboré pour l’instant au moyen de la typologie des tombes.

L’habitat du haut Moyen Âge

18Sur la zone 2, d’une superficie de 8 180 m2, la première occupation d’époque historique consiste en un réseau de petits fossés parcellaires datés avec réserve de la fin de l’Antiquité. Lui succèdent des vestiges qui correspondent à la marge septentrionale d’un habitat qui se met en place à partir de la fin du ve s. et évolue jusqu’aux xe-xie s.

19Près de 315 structures ont été dégagées ; il s’agit d’empreintes de trous de poteau, de fosses et de fossés, de vestiges de bâtiments à armature de bois, d’aménagements artisanaux et de fossés d’enclos ou parcellaires. Bien que fortement arasées, certaines structures ont fourni du mobilier céramique qui a permis de proposer une évolution chronologique du site. Soulignons qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, nous n’avons pas reçu les datations 14C qui permettront probablement d’affiner nos hypothèses.

20L’occupation la plus dense remonte au tout début du Moyen Âge. Les lots de poterie associés à ce premier état permettent de le situer entre le ve s. et la première moitié du vie s.

21La presque totalité des vestiges rattachés à cette première occupation médiévale est implantée dans le quart sud-est de la zone 2. Cet espace de près de 2 500 m2 est délimité par un fossé d’enclos composé de deux tronçons nord et ouest dont la jonction adopte un tracé coudé. La branche nord repérée sur 62 m est reliée à un autre fossé probablement plus étroit et rectiligne, long de 28 m et qui se termine par un dispositif d’entrée fossoyé.

22La branche ouest de l’enclos reconnue sur 42 m est doublée, 5 m plus à l’ouest, par un autre fossé parallèle de même gabarit.

23Entre ces deux sections de fossé, des matériaux grossiers, blocs de pierres, galets et fragments de tuiles, attestent la présence d’un axe de circulation large de 5 m. Les vestiges des états suivants, notamment des tombes, pourraient indiquer que cette voie se dirigeait ensuite vers le nord-ouest en décrivant une large courbe.

24L’organisation spatiale des structures situées dans l’espace délimité par ces fossés permet de distinguer au moins un bâtiment à armature de bois. En effet, une quarantaine de négatifs de trous de poteau dessine le plan cohérent d’un édifice rectangulaire d’environ 84 m2 (14 × 6 m). Une fosse, creusée à l’intérieur, a pu servir pour le stockage de denrées. Par ailleurs, une mare située juste au sud-est et une fosse peu profonde, certainement dévolue à une activité artisanale, sont associées à cet édifice que l’on peut qualifier de bâtiment d’habitation.

25Autour de ce dernier se trouvent d’autres négatifs de trous de poteau appartenant à des constructions légères comme des cabanes ou des auvents, voire qui peuvent correspondre à des piquets de clôtures de parc à bétail.

26Le mobilier céramique autorise à isoler un état postérieur à ce premier habitat mérovingien. Ces structures attribuées au viie s. sont des fosses et quelques trous de poteau dispersés sur la partie centrale de la zone 2. On recense entre autres, pour cet état, quatre fosses de grandes dimensions, profondes en moyenne de 0,60 m et dont la plus longue mesure 6,40 m. Ces creusements évoquent des fosses d’extraction de terre à bâtir. Deux autres grandes fosses sont moins profondes et couvrent une superficie de 8 et 5 m2. Légèrement concaves, elles atteignent moins de 0,20 m de profondeur en leur centre. Même si elles ne sont pas en relation avec des empreintes de poteaux, elles évoquent les aménagements excavés de type fond de cabane voués à l’artisanat. Un foyer en fosse de plan circulaire, isolé au centre de la zone décapée, remonte aussi à cette période.

27Enfin, une série de 15 trous de poteau et de 2 fosses concentrés sur moins de 10 m2, dans la partie centre-nord du décapage, appartiennent manifestement à la même construction à ossature de bois, de type grenier surélevé. Cette entité est aussi datée du viie s. grâce au mobilier céramique extrait des remplissages.

28D’autres vestiges plus lacunaires attestent une certaine pérennité de l’occupation du site ou, en tout cas, la continuité de l’exploitation agricole de ce terroir. Ainsi, pour le viiie s. on signale une grande fosse de plan ovale (3,8 × 2,7 m), conservée sur 0,50 m de profondeur. Son comblement a fourni, outre de la poterie, deux couteaux en fer et des os de faune dont de l’oie.

29Après un probable hiatus au ixe s., une nouvelle phase d’aménagement de la zone 2 intervient durant les xe-xie s. Là encore, il s’agit essentiellement de structures creusées dans le terrain naturel disséminées sur l’emprise. Parmi ces fosses, deux présentent le profil classique des silos enterrés avec une ouverture étroite et une profondeur conséquente (0,75 et 1,14 m). Trois trous de poteau et trois fosses en cuvette de même dimension complètent l’inventaire des structures de cet état.

30Par ailleurs, comme on l’a vu, un ensemble de quarante sépultures, datées des ixe-xie s., est installé de part et d’autre d’un chemin dont les éventuels niveaux de circulation ont disparu (zone 3). L’implantation des tombes permet de restituer un axe long d’au moins 100 m et dont la largeur oscille entre 2,6 et 4 m. Après une large courbe, il adopte un tracé rectiligne de direction ouest-nord-ouest.

31Si cette voie était fréquentée, lorsqu’ont été installées les fosses sépulcrales qui la délimitent, il est possible qu’elle ait existé dès la première phase d’occupation alto-médiévale (fin ve-vie s.). Cependant le tracé semble avoir été modifié à l’époque carolingienne : en effet, un tronçon en direction du sud-est aurait été rajouté, puisque l’alignement de tombes se poursuit dans cette direction, et les fosses de celui-ci sont creusées dans un fossé d’enclos de l’occupation initiale.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sylvain Motte, « Quincieux - Les Forgettes, A466 – Liaison A6/A46  », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 26 août 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15454

Haut de page

Responsable d'opération

Sylvain Motte

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

  • Projet autoroutier A 89 [Texte intégral]
    La-Tour-de-Salvagny-Balbigny (Rhône-Loire)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Rhône-Alpes
  • Projet autoroutier A 89 [Texte intégral]
    La-Tour-de-Salvagny-Balbigny (Rhône-Loire)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Rhône-Alpes
  • A 89 [Texte intégral]
    Pontcharra-sur-Turdine, Saint-Forgeux, Saint-Marcel-l’Éclairé (secteur 6)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Rhône-Alpes
  • Fareins [Texte intégral]
    Champs Perrier
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Rhône-Alpes
  • Bourg-en-Bresse [Texte intégral]
    Rue Philibert-le-Beau
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Rhône-Alpes
  • Salt-en-Donzy [Texte intégral]
    École primaire
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Rhône-Alpes
Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org