Navigation – Plan du site
2013

Anse, Pommiers

ZAC Bel Air, La Logère, tranche 3
Responsable(s) des opérations : Stéphane Brouillaud
Notice rédigée par : Stéphane Brouillaud

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 69009, 69156
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.659;45.921;4.750;45.969

1La campagne de diagnostic menée à Pommiers et Anse, aux lieux-dits Bel Air et la Logère, a permis de confirmer l’important potentiel archéologique de ce secteur du Val de Saône. L’emprise diagnostiquée couvre une superficie de plus de 6,1 ha divisée en deux secteurs (l’un de 58 000 m2 et l’autre d’un peu plus de 3 000 m2). À l’issue de notre intervention, une structure foyère avec une zone de débitage de silex a été exhumée. Le mobilier lithique, très homogène, a permis de dater l’ensemble de l’Épipaléolithique (12 000-10 000 BP). En marge de cette occupation préhistorique, une série de grandes fosses oblongues et profondes a été mise au jour. Leur profil, leur morphologie et leur niveau d’apparition nous a permis de les mettre en relation avec les fosses dites à profil en « V », « Y », « W » (Schlitzgruben), plus connues dans la moitié nord de la France et en Allemagne. Ces structures, de culture néolithique et de l’âge du Bronze, ont un contour ovale en surface ou oblong et adoptent un profil en « V », ou en « U ». Elles atteignent une profondeur de deux mètres. Leur caractéristique principale est d’être dépourvue de mobilier archéologique à l’exception du niveau postérieur, issu du dernier comblement de la fosse. Ce mobilier (pour la plupart céramique) renseigne sur l’environnement ultérieur au fonctionnement des fosses. La fonction de ces fosses, qui a fait débat depuis le début du xxe s., a été rattachée pendant longtemps aux activités artisanales de la tannerie et du textile, mais ceci sans grand fondement scientifique. Une autre fonction, plus retenue aujourd’hui, est celle de fosse-piège destinée à la chasse. Sur plusieurs sites néolithiques découverts en Champagne-Ardenne, des squelettes d’animaux sauvages ont été retrouvés. À Pommiers, le positionnement des fosses, sur un même axe et sur une distance de plusieurs centaines de mètres, peut laisser penser qu’elles se trouvent sur un passage de gibiers. D’autres structures protohistoriques ont été retrouvées sur le site de Pommiers en marge de celles précédemment citées, parmi lesquelles une fosse Hallstatt C/D comportant un abondant mobilier céramique, une fosse remplie de graines (blé ?), une petite structure foyère ou vidange de foyer. Pour la période antique, le site de Pommiers est occupé par un établissement gallo-romain dont le bâti s’étend sur 1,5 ha environ. Ses limites sont connues au nord, au sud et à l’ouest tandis que la RD 306 le limite artificiellement à l’est. Le site possède encore de nombreuses élévations sur la partie haute de l’emprise (bassin, sol, enduit en place…). La céramique issue des couches, permet de dater l’abandon autour de la deuxième moitié du ve s. Des traces d’une occupation gallo-romaine antérieure (Haut-Empire) sont aussi présentes.

2Sur le second secteur (commune d’Anse), une inhumation isolée a été découverte en limite d’emprise.
« Le squelette est celui d’un adulte de sexe indéterminé dont seule la moitié supérieure est présente (…). Il est en position ventrale. La fosse (US 103) dans laquelle la partie conservée du squelette a été retrouvée n’a de toute évidence aucun lien avec l’inhumation. Un scénario plausible serait qu’une fosse ait été creusée perpendiculairement à celle-ci, dans laquelle aurait été placé le défunt ; le comblement de la fosse sous-jacente se serait tassé, faisant descendre la partie supérieure du squelette de plusieurs centimètres. La disposition de sa moitié inférieure, restée perchée dans la partie de la fosse sépulcrale située en dehors de l’emprise de la structure 103, aurait été détruite à une étape postérieure. »
(F. Blaizot, Inrap).

3Le second point d’intérêt de ce secteur 2 est la mise en évidence d’une section de la voie romaine (nord-sud) et d’un fossé bordier situé le long de la RD 306. Déjà repérée à plusieurs reprises dans le secteur, cette nouvelle découverte permet d’ajuster, voire de confirmer la trajectoire de son tracé. Les limites d’emprise et la proximité de l’actuel axe de circulation ne nous ont pas permis de dégager la voie sur toute sa largeur. Ce diagnostic archéologique mené sur les communes de Pommiers et Anse (Rhône) a donc permis de confirmer la permanence et la continuité d’une importante occupation gallo-romaine sur ce secteur du Beaujolais. Il a aussi permis d’exhumer des vestiges de plusieurs occupations pré- et protohistoriques, conservés in situ.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Stéphane Brouillaud, « Anse, Pommiers », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 26 août 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15339

Haut de page

Responsable d'opération

Stéphane Brouillaud

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org