Navigation – Plan du site
2013

Feurs - 12 rue Saint-Antoine

Responsable(s) des opérations : Éric Thévenin
Notice rédigée par : Éric Thévenin

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.188;45.704;4.274;45.760

1L’intervention du 22 au 25 janvier 2013 se rapporte au projet de construction d’une maison individuelle et d’un garage. Le diagnostic de 385 m2 s’est déroulé sur deux parcelles référencées AM 67 et 68.

2Durant l’Antiquité, le secteur se trouve à la périphérie de la ville antique (Forum Segusiavorum) dans un secteur d’habitat morcelé autour d’une trame orthonormée déjà établie. Aux petites surfaces construites à vocation traditionnellement artisanale (45-47 rue de Verdun, 8 rue Edgar Quinet) ou évoquant des aménagements domestiques d’impact limité (13 rue Edgar Quinet, 8 rue Michelet, 6 et 12 rue Saint-Antoine), se succèdent des parcelles drainées puis remblayées sans trace visible d’installation et des zones totalement inoccupées sans le moindre apport anthropique (14 rue Massenet, 7 et 19 rue Montai). La stratigraphie simplifiée relevée au 12 rue Saint-Antoine confirme le stade encore embryonnaire de ce quartier à l’époque gallo-romaine.

3Séquencée en trois grandes périodes chronologiques (du ier au iie s.), la stratigraphie débute par une phase de remblaiement et de nivellement d’environ 0,40 m d’épaisseur (US 4/3 inférieure) relevée au sommet du terrain naturel et généralisée à toute la parcelle. Cette phase initiale, caractérisée par du matériel du ier s, précède l’installation d’un drain sud-nord (fait 1.1) et d’un niveau de cailloutis d’une vingtaine de centimètres d’épaisseur (fait 1.3) surmontant une assise de céramiques (fait 1.11). La présence de fragments d’amphore à alun et d’un fond de Gauloise 4 parmi le mobilier autorise un terminus post quem durant l’époque flavienne (deuxième moitié du ier s.) pour ce premier lambeau de sol. Celui-ci est indiscutablement recoupé par deux autres drains parallèles d’orientation est-ouest (faits 1.9/1.10), s’intercalant de manière encore imprécise entre le cailloutis et la phase suivante durant laquelle l’occupation s’amplifie. Un bâtiment de plan incomplet est alors construit, délimitant un niveau sol nécessitant la création d’une plate-forme horizontale de 0,10 à 0,20 m d’épaisseur (remblai charbonneux US 6), l’aménagement d’un radier de galets sur une à deux assises (fait 1.8) et le compactage de micro-fragments de céramiques à son sommet (fait 1.4). Principal vestige immobilier et deuxième niveau d’occupation du site, le bâtiment semble rapidement abandonné et les blocs des murs récupérés comme l’indique la présence de tranchées de récupération (faits 1.2/1.6/1.7). La stratigraphie se poursuit par une phase de démolition (faits 1.5/1.12) puis de remblai de nouveau étendu à toute la zone (US 3), sondage 2 compris. Le vaisselier, issu du sol 1.4, de la démolition 1.12 et du remblai US 3, suggère une occupation finale du site entre le milieu du iiie s. et le iiie s. (horizons 11 et 12 de Roanne ?). Le haut de la stratigraphie compte encore 0,20 m d’apports historiques ou modernes (US 2) et 0,20 m de terre végétale (US 1).

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Éric Thévenin, « Feurs - 12 rue Saint-Antoine », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 11 août 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15229

Haut de page

Responsable d'opération

Éric Thévenin

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org