Navigation – Plan du site
2013

Feurs – Domaine du palais, route de Civens

n°22 11142
Responsable(s) des opérations : Vincent Georges
Notice rédigée par : Vincent Georges

Entrées d’index

Mots-clés :

puits

Keywords :

Antiquity, well

Chronologique :

Antiquité

Géographique :

Rhône-Alpes, Loire (42), Feurs
Haut de page

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 42094
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.188;45.704;4.274;45.760

1Les sondages réalisés au lieu-dit le Palais à Feurs font suite au projet d’implantation d’une nouvelle infrastructure sportive. Situé dans la périphérie immédiate de la capitale ségusiave, ce secteur avait antérieurement délivré des vestiges. Les résultats obtenus correspondent à l’identification d’un niveau archéologique antique enfoui sous le terrain végétal et une unité stratigraphique intermédiaire. Comprise entre 10 et 20 cm d’épaisseur, cette unité stratigraphique a livré un mobilier antique compris entre la fin du ier s. et le milieu du iiie s. La répartition des vestiges nous apparaît en rapport étroit avec la nature du sous-sol. La topographie actuelle présente un dénivelé de l’ordre d’un mètre. La partie en contrebas correspond à un plancher alluvial à matrice fortement oxydée. La remontée orientale du sol actuel se superpose à un épais dépôt argileux d’origine tertiaire.

2Le contexte géomorphologique est donc celui d’un passage du domaine alluvial ligérien à celui d’un dépôt tertiaire de la plaine du Forez. Le substrat argileux sous-jacent au niveau antique a provoqué l’apport de matériaux divers et variés destinés à viabiliser un sol gorgé d’eau en période hivernale. Le contexte climatique hivernal de l’intervention a montré que l’apport en eau était massif à cette période de l’année sur la partie supérieure et orientale du site, tandis que l’eau s’évacuait facilement dans les niveaux sableux occidentaux. C’est à la zone charnière entre les deux contextes géologiques que deux puits ont été découverts. L’un deux a son niveau d’ouverture en connexion avec le niveau antique et recoupe le niveau argileux. L’autre, sis en contexte alluvial, reste sans lien avec le niveau antique tout en livrant du mobilier antique. Les deux puits ont été testés respectivement par moitié et sur un quart, chacun sur une épaisseur d’1,50 m. Ce diagnostic montre qu’un secteur répulsif en contexte hivernal a toutefois fait l’objet d’une implantation humaine qui a consisté à implanter un, voire deux puits, et viabiliser un substrat affleurant imperméable. Aucun sondage n’a permis le repérage de murs ou de tranchées de récupération dans l’argile ou sur la surface alluviale. On ne compte qu’un trou de poteau sur les surfaces de décapage (18 % de la surface totale). L’implantation des puits a pu être motivée par la connaissance du caractère humide du secteur, et signale sans aucun doute la proximité d’un habitat. La chronologie du site est comprise entre la fin du ier s. et la première moitié du iie s. apr. J.-C. Les indices d’occupation sont donc postérieurs à ceux antérieurement repérés au Domaine du Palais (Rémy, 2007 et 2008), et sans élément d’architecture monumentale.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Vincent Georges, « Feurs – Domaine du palais, route de Civens », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 11 août 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15217

Haut de page

Responsable d'opération

Vincent Georges

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org