Navigation – Plan du site
2013

Civens

Les Bouchets
Responsable(s) des opérations : Éric Thévenin
Notice rédigée par : Éric Thévenin

Entrées d’index

Keywords :

Medieval Period

Chronologique :

Moyen Âge

Géographique :

Rhône-Alpes, Loire (42), Civens
Haut de page

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 42065
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.195;45.747;4.272;45.789

1L’intervention du 19 au 26 août 2013 se rapporte au projet de construction d’un lotissement de 29 lots engagé sur la commune. Situé sur un léger versant granitique dominant d’une trentaine de mètres la plaine alluviale de la Loire en rive droite (400 mètres d’altitude contre 370), le diagnostic de 30 235 m2 s’est déroulé sur trois parcelles référencées : A 319p, 681p et 1223p. Le secteur se trouve historiquement à la périphérie nord-est du bourg de Civens englobant les abords immédiats de l’église Saint-Cyprien, datée de la fin de la période médiévale.

2Le diagnostic a mis en évidence une petite occupation médiévale repérée sur une surface d’environ 500 m2. Les traces essentiellement matérielles (céramiques et scories) se concentrent dans l’angle sud-ouest de la parcelle située à quelques dizaines de mètres de l’église Saint-Cyprien (sondages 3, 4, 6, 7, 16, 17, 18 et 19). Il ne subsiste du site aucune structure en place à l’exception d’un fond de structure à vocation artisanale aménagée sur le substratum granitique. Les vestiges apparaissent au sommet d’une couche de colluvions (US 3) à une profondeur moyenne de 0,30 m.

3La structure est totalement érodée, il ne reste quasiment plus rien d’elle, à l’exception de plusieurs profondes entailles creusées dans le substratum granitique. Le réseau de près de sept mètres de longueur formé par les différentes entailles est constitué de deux parties distinctes de deux fois deux mètres. La moitié sud de la structure ne compte qu’une seule et grande rigole rectiligne aménagée sur une longueur de près de deux mètres. Au-delà de cette limite, celle-ci se dédouble au nord en deux creusements grossièrement parallèles espacés de 1 m à 0,80 m. Deux autres incisions ont été relevées : la première à l’est formant un petit appendice de 0,50 cm de longueur en direction d’une zone rubéfiée et scoriacée, la seconde plus grossière et sans véritables contours se situe au nord de l’aménagement dans le prolongement de l’entaille nord-est. La largeur totale de la structure varie de 1,80 m au sud à 1,60 m au nord.

4Les creusements présentent deux types de profils : évasés et très ouverts au nord (largeur moyenne 0,30 m/profondeur moyenne 0,20 m), verticaux et rétrécis au sud (largeur moyenne 0,20 m/profondeur moyenne 0,12 m). De son côté, l’altimétrie du profil longitudinal présente un écart de 0,60 m entre le sud et le nord de la structure.

5Plusieurs blocs de granite parfaitement en place au-dessus de l’entaille méridionale laissent suggérer l’existence d’éléments de couverture pour le tronçon le plus étroit. Des céramiques ont été dégagées sous les blocs. Les entailles ne comportent aucune trace de chaleur excessive ni de dépôt particulier pouvant résulter d’une coulée. La seule trace d’utilisation du feu au contact du granité est la présence d’une petite zone rubéfiée et scoriacée de forme subrectangulaire, de 0, 50 × 0, 40 m, dégagée au sud-est de la structure, non loin du centre de la fosse.

6Le comblement se compose de limons charbonneux et de dépôts de petits graviers relevés au sommet du substratum granitique (probable apport de ruissellements post-abandon). L’épaisseur du comblement s’échelonne de 0,30 cm au nord à quelques cm au sud.

7Du remplissage de la fosse sont issus 76 fragments de céramique, 9 fragments de paroi de four et/ou de clayonnage, un fragment brûlé de tuile à rebord, quatre autres fragments de terre cuite dont un fragment totalement plat de 22 × 12,5 × 2,5 cm, 26 scories indiscutables, 1663 g d’amalgame terreux et scoriacé provenant de la zone rubéfiée (le tamisage a révélé la présence de battitures) et 6 petits fragments d’objets métalliques de forme indéterminée. Quarante-neuf autres fragments de céramiques, dont une fusaïole, proviennent de la périphérie de la fosse, plus précisément de la couche 3. Au total, le mobilier médiéval du sondage 3 rassemble 125 fragments, soit 58,7 % de l’ensemble du mobilier découvert durant cette opération. Le mobilier de la fosse rassemble un lot homogène de céramiques communes grises (toutes altérées au contact du feu) comprenant 6 bords de récipients à lèvre en bandeau, un bord avec lèvre évasée, 10 fragments de fonds bombés, une panse avec bande d’argile rapportée et 58 fragments de panse. Les éléments typologiques de la fosse comme de la couche 3 dans son ensemble (sondages 1, 6, 7, 15, 17, 18, 19) font référence à des formes appartenant au répertoire du vaisselier des environs de l’An Mil, c’est-à-dire dans une large fourchette chronologique comprise entre les ixe et xie s. Le reste du mobilier est daté du xiie s (sondage 4) jusqu’aux xve-xvie s. (sondages 2, 10, 16). Interprétations : Si la fonction principale de cette structure demeure incertaine, la présence de battitures découvertes après tamisage démontre la présence in situ d’une activité de forge. Les profondes entailles relevées sur le substrat et interprétées comme de simples rigoles relèvent vraisemblablement d’un autre processus métallurgique (station de lavage ou de tri ?).

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Éric Thévenin, « Civens », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 11 août 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15210

Haut de page

Responsable d'opération

Éric Thévenin

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org