Navigation – Plan du site
2013

Saint-Gervais

n°22 11372
Responsable(s) des opérations : Karine Raynaud
Notice rédigée par : Karine Raynaud

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 38390
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=5.464;45.164;5.528;45.212

1Une opération de diagnostic a été menée sur la commune de Saint-Gervais en octobre 2013, dans le vallon des Écouges. Elle fait suite à la découverte fortuite de silex taillés réalisée fin septembre 2012 par N. Biron lors de travaux de terrassement préparant une future plate-forme forestière. Ces derniers avaient alors été interrompus, en l’attente d’une prescription de l’État, qui s’est appuyée sur l’expertise de R. Picavet à qui le mobilier lithique ramassé avait été confié.

2Le diagnostic a concerné 1 100 m2 situés à 1 080 m d’altitude sur le rebord nord-occidental du Vercors, à faible distance des falaises abruptes surplombant la plaine de l’Isère et du Passage du Versoud, qui en fut le seul point de franchissement jusqu’à l’ouverture de la route des Écouges. Suivant les consignes reçues par le SRA, cinq sondages ont été réalisés précautionneusement à la mini-pelle dans les rares secteurs restant non perturbés par les décaissements de 2012. Ils représentent 145 m2 de surface ouverte, mais ne nous ont pas livré de vestiges pouvant justifier l’engagement de sondages manuels supplémentaires. Les formations superficielles traversées sont minces mais relativement précieuses dans un massif pré-alpin calcaire où les sols sont souvent mal conservés ou absents : il s’agit d’un paléosol limono-sableux développé sur le substrat molassique tertiaire, préservé grâce à la position topographique de fond de vallon excluant l’érosion des horizons superficiels. Ce paléosol atteint jusqu’à 0,40 m d’épaisseur et soutient directement l’humus forestier actuel, indiquant une position de palimpseste pour les occupations humaines qui s’y sont succédé. Pour autant, la position de petite butte molassique n’a pas permis une fossilisation suffisante des niveaux archéologiques, les colluvions en provenance des versants calcaires étant concentrées vers les émissaires drainants (ruisseaux du Versoud et de la Drevenne). Ce contexte sédimentaire enveloppe de fait des éléments lithiques taillés dans sa partie supérieure, juste sous l’horizon racinaire ; la partie inférieure du paléosol n’a pas livré de trace d’anthropisation visible. Dénués d’indice immobilier associé (foyer, pierres de calage ou autre), ces vestiges ont été retrouvés presque isolément, sans concentration particulière hormis la cohérence stratigraphique de leur positionnement. Le corpus de mobilier lithique est composé de 119 éléments (nous avons pu regrouper le ramassage 2012 : 71 pièces et le diagnostic 2013 : 46 pièces), tous taillés et sur matière première siliceuse.

3L’étude techno-typologique a identifié trois composantes techniques : une production laminaire que les caractéristiques désignent comme épipaléolithique, une composante rassemblant des lamelles de petites dimensions débitées à la pierre tendre (lamelles, 3 nucléus prismatiques, microburin) évoquant un Mésolithique indéterminé, et une composante regroupant deux fragments de lamelles et un grattoir nucléiforme plus proches du Néolithique moyen. De fait, cette petite série n’est pas strictement homogène et semble se rapporter à plusieurs occupations, qui s’étendent de l’Azilien jusqu’au Néolithique, avec un pôle plus affirmé pour le Mésolithique récent/final. Quant à l’exploitation des matières premières, elle s’est limitée aux ressources locales disponibles dans le fond des cours d’eau (information : R. Picavet) : ce sont des alluvions grossières reprises sur le démantèlement des conglomérats molassiques miocènes. La présence de charbons de bois à proximité a justifié l’engagement d’une datation par 14C dont le résultat est 4880+BP, soit cal. BC 3710 à 3640 ; ces propositions désignent l’extrême fin du Néolithique moyen et la transition avec le Néolithique récent/final, horizons représentés dans les sites de référence régionaux (La Grande Rivoire, Grotte du Gardon) et en vallée du Rhône (plaine de Montélimar).

4Notons également la présence d’une petite concentration céramique de l’âge du Fer 1.

5Ces vestiges pourraient être l’écho des implantations protohistoriques reconnues dans la plaine, notamment à l’Albenc (De Klijn et al., 1991). Au total, et malgré la faiblesse numéraire des éléments mobiliers, les résultats de cette opération sont positifs mais modestes, du fait de l’état du terrain et de sa destruction déjà bien avancée. Néanmoins, la station de plein air de Saint-Gervais, « Le Grand Tournant », vient compléter le schéma d’implantation peu documenté dans ce secteur des Écouges, et montre, par ces réoccupations, l’attractivité d’un lieu stratégique commandant le passage entre la plaine de l’Isère et le plateau du Vercors.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Karine Raynaud, « Saint-Gervais », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 30 juillet 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15119

Haut de page

Responsable d'opération

Karine Raynaud

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org