Navigation – Plan du site
2013

Grenoble - ZAC de l’Esplanade (tranche 1)

n°22 11332
Responsable(s) des opérations : Pascale Réthoré
Notice rédigée par : Pascale Réthoré

Entrées d’index

Keywords :

Modern Times

Chronologique :

Temps Modernes

Géographique :

Rhône-Alpes, Isère (38), Grenoble
Haut de page

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 38185
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=5.678;45.155;5.753;45.214

1Le projet se situe au nord de la ville de Grenoble, au pied de la montagne du Rabot en rive droite de l’Isère. L’intervention s’étend le long de la route de Lyon, de la place Aristide Briand, proche de la Porte de France, au carrefour entre la route de Lyon et le boulevard de l’Esplanade. Le problème de l’ancienneté de la route de Lyon à proximité de ces rives dépend, pour beaucoup, de la connaissance que nous pourrons avoir du comportement des cours d’eau. Cette question n’a pas reçu de réponse satisfaisante au cours de ce diagnostic.

2Les observations de terrain ont livré peu d’indices quant à la chronologie générale de l’évolution des terrains à proximité de la route de Lyon, encore moins sur l’origine de cette dernière. Néanmoins, quelques jalons explicatifs, soutenus par l’observation des plans anciens, peuvent être donnés.

3Des cailloutis hétéro-métriques, correspondant à un dépôt de fond, ont été observés sous des dépôts d’inondation lents, à deux mètres de profondeur, dans l’un des sondages. Ils tendent à prouver que le lit de l’Isère était proche du tracé de l’actuelle route de Lyon. Cependant, la route n’a pu s’installer à proximité de ce cours d’eau à ce moment-là. Mais ce moment ne peut être situé chronologiquement avec certitude. Quatre grandes phases d’alluvionnement lent succèdent à cette charge de fond. Ce contexte sédimentaire n’est toujours pas très favorable à la présence de la route, mais ne l’interdit pas. La présence de quelques tessons de céramique d’époque moderne à contemporaine dans les niveaux supérieurs de ces limons d’inondation les situe cette fois sur le plan chronologique. Ils indiquent aussi que la période d’atterrissement de ce méandre de l’Isère s’est effectuée relativement tardivement au cours de la période moderne. Les plans anciens corroborent les observations de terrain. Le mail à l’origine de l’Esplanade est construit en 1596. Ce n’est donc qu’à partir du xvie s. que l’atterrissement des berges de l’Isère est suffisant pour y installer cette infrastructure. Cette stabilité des berges est essentiellement due à la canalisation du cours du Drac, très engagée au xviie s. L’Esplanade correspond à une extension progressive par gain de terre sur le cours de l’Isère, après la canalisation du Drac.

4Néanmoins, le cours de l’Isère devait encore baigner le bord de la route de Lyon aux xviie- xviiie s. en bien des points. Le cadastre napoléonien (1865) montre que ce n’est qu’à partir du xixe s. que les terrains situés au nord et au sud du méandre ont été gagnés sur le lit de l’Isère. À proximité de la Porte de France, un des sondages a montré que des remblais sont venus, à partir du xixe s., combler l’abrupt des berges au droit de la Porte de France. Ces remblais sont vraisemblablement contemporains du premier pont de la porte de France, construit en 1895.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pascale Réthoré, « Grenoble - ZAC de l’Esplanade (tranche 1) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 30 juillet 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15075

Haut de page

Responsable d'opération

Pascale Réthoré

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org