Navigation – Plan du site
2013

Allinges – Château-Neuf

n°2211206
Responsable(s) des opérations : Loïc Benoit
Notice rédigée par : Loïc Benoit

Entrées d’index

Keywords :

Medieval period

Chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=6.426;46.315;6.497;46.358

1C’est à la suite du projet européen A.V.E.R., Des montagnes de châteaux, centré sur Château-Vieux d’Allinges et dans le cadre d’un mémoire de Master que l’étude de Château-Neuf d’Allinges est entreprise.

2Construit sur la rive sud du lac Léman, Château-Vieux occupe le nord de la crête rocheuse, tandis que Château-Neuf occupe le sud. Un château d’Allinges est mentionné en 1073, mais il faut attendre le xiiie s. pour voir les deux sites ensemble dans la documentation. Entre les xiiie et xive s., ils deviennent les points d’orgue du conflit delphino-savoyard. Enfin, Château-Neuf est détruit en 1703. Il est aujourd’hui dégradé en majeure partie ; cela s’explique par de nombreuses démolitions et la réoccupation depuis le xixe s. par les missionnaires de Saint-François-de-Sales. Ainsi, on peut observer sur le terrain les vestiges de deux barbacanes au sud du château, une enceinte fortifiée conservée en grande partie, une séparation maçonnée entre le bourg et le plain château et une cour haute comprenant les bâtiments des missionnaires comportant des parties médiévales.

3Une prospection thématique avec étude de bâti a été réalisée au cours de l’année 2013 sur le site de Château-Neuf. Cette dernière a permis de dresser un état des lieux complet du château, ainsi que de proposer une étude sur la thématique de l’accès et de la défense du site. Les données obtenues lors de cette opération sont majoritairement nouvelles. Comme dit précédemment, la campagne s’est concentrée sur les accès et les défenses incorporant ainsi les deux barbacanes, les tours et l’enceinte dans sa majeure partie. Ainsi, plusieurs états de constructions ont pu être dénombrés, et une chronologie relative des différents stades d’évolution du château a pu être mise en place. De même, une idée plus précise du type de défenses et de leurs répartitions est aujourd’hui possible grâce au croisement entre l’étude de terrain et les sources, qu’elles soient textuelles (comptes de châtellenie…) ou iconographiques.

4On observe ainsi dans un premier temps une tour fermée de forme quadrangulaire en lien avec une première enceinte castrale. Nous accédons à cette tour par une porte en plein cintre, donnant dans le bourg. Elle est composée d’au moins un étage donnant possiblement accès à une structure de type hourd. Cette hypothèse est confirmée par la présence de deux portes en plein cintre ouvrant sur l’extérieur de la tour ainsi que par des traces de poutres. Cette tour est complétée à l’ouest par un portail imposant inséré dans la courtine. Il fonctionne avec des vantaux de bois, aujourd’hui inexistants, fermés par une poutre dont l’emplacement de retrait est aujourd’hui encore visible. Ce dernier mesure 3,60 m de long pour un entraxe du portail égal à 3 m ce qui laisse 30 cm de débord de chaque côté du portail, longueur suffisante au blocage des portes. Cet ensemble est par la suite doublé par une barbacane de forme arrondie comprenant un nouveau portail plus en avant fonctionnant avec un chemin taillé dans le rocher. Le niveau de sol actuel à l’intérieur n’est pas représentatif et devait se trouver entre 1,50 et 2 m plus bas au vu de la différence de niveau entre l’arase des murs et le niveau extérieur des sols. Les défenses sont à nouveau augmentées plus tardivement avec un feuilletage de l’enceinte au sud ainsi qu’à l’est du bourg castral, feuilletage bien visible au niveau de l’entrée actuelle ainsi qu’à l’intérieur de la tour ouverte à la gorge. En effet, on observe une alternance entre un feuilletage interne (à l’est) et un feuilletage externe (au sud). S’ensuit une nouvelle phase de fortification des défenses et un nouvel accès, au sud du château, avec la création d’une seconde barbacane. Elle s’appuie sur le feuilletage et fonctionne avec une nouvelle porte au rez-de-chaussée de la tour. Cette dernière est construite en arc brisé ce qui impliquerait un terminus post quem au dernier tiers du xiie s. Cette barbacane de forme quadrangulaire présente un système d’accès complexe comprenant une tour porte avec pont-levis, herse et ventaux de bois clos par une poutre.

5Le nord du château est lui aussi fortifié à de nombreuses reprises avec la ré-élévation successive du mur bouclier dont Évelyne Chauvin-Desfleurs a fait l’étude, ainsi que la construction d’une tour semi-circulaire au-dessus de la chapelle datée de 1285 par les textes. Toujours d’après ces derniers, une poterne aurait existé au sein du mur bouclier pour accéder au fossé, cependant aucun reste archéologique n’est aujourd’hui visible. Des restes de maçonnerie au nord-ouest laissent supposer la présence d’une tour d’angle en lien avec le mur bouclier.

6Les résultats de cette campagne de prospection et d’étude de bâti montrent la complexité et l’évolution sur le site de Château-Neuf d’Allinges. Cela laisse entrevoir de nombreuses phases de construction malgré des destructions, inhérentes au temps, ou humaines, au cours des siècles. Cependant les élévations encore en place permettent de se faire une idée des lieux dans le temps et de proposer une restitution des bâtiments et de l’organisation des défenses et des accès du site. Ainsi, nous avons pu mettre en évidence trois états de construction différents.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Loïc Benoit, « Allinges – Château-Neuf », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 29 mai 2015, consulté le 22 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14993

Haut de page

Responsable d'opération

Loïc Benoit

Chercheur bénévole

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org