Navigation – Plan du site
2013

Thonon-les-Bains – Avenue de Champagne

Responsable(s) des opérations : Christophe Landry
Notice rédigée par : Christophe Landry

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 74281
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=6.439;46.344;6.516;46.405

1Le diagnostic mené en mars 2013 à Thonon-les-Bains, Avenue de Champagne, en préalable à la construction d’un ensemble immobilier de 55 logements, a permis d’appréhender une occupation antique à quelques mètres au nord de l’église médiévale de Tully. Les niveaux antiques apparaissent en moyenne sous 0,40-0,45 m de recouvrement. Le site est installé directement sur la terrasse tardi-würmienne dont la surface se trouve à l’altitude de 427 m NGF à l’est de la parcelle, et à 428,50 m dans la partie occidentale. L’épaisseur maximale de l’occupation reconnue atteint environ 0,50 m, sans prendre en compte les structures fossoyées. Deux phases chronologiques semblent représentées, discriminées grâce à des ensembles céramiques très indigents mais homogènes. Un premier bâtiment ainsi qu’un tronçon de voie semblent exister dès le Haut-Empire, tandis qu’un long bâtiment est implanté au ive ou ve s. apr. J.-C. dans le tiers occidental du terrain exploré et sur les parcelles voisines. Les maçonneries qui fondent le bâti sont relativement soignées, en appareil de blocs et galets liés au mortier de chaux. Une sépulture d’enfant âgé de 8 ou 9 ans est aménagée à l’intérieur du second bâtiment. L’analyse radiocarbone d’un fémur permettra de préciser la datation de l’inhumation.

2De nombreux vestiges modernes parsèment l’emprise explorée, comme des fosses d’inhumation de bétail, des fosses d’épierrement, un puits ou encore un tonneau enfoui en fosse. Un mur et des matériaux de démolition enfouis directement au nord des maisons de l’ancien hameau peuvent matérialiser l’emplacement d’une maison reportée sur la mappe sarde au xviiie s. En revanche, aucune trace du cimetière médiéval implanté aux abords de l’église n’a été découverte. La zone funéraire semble se trouver, selon les sources, entre l’église et le terrain sondé, ou sur les parcelles situées à l’ouest et au sud-ouest de la présente emprise. Rappelons que Charles Marteaux, érudit de la première moitié du xxe s., situait une villa antique à Tully, précisément sur le Mas du Châtelard, petit plateau surplombant au nord-ouest le terrain abritant les vestiges mis au jour cette année. Il se basait exclusivement sur une analyse onomastique, mais le tracé d’un aqueduc reconnu en d’autres points est censé traverser ce secteur. En définitive, le site de Tully appréhendé lors de ce diagnostic est susceptible de s’apparenter à une ferme implantée en périphérie de l’agglomération antique de Thonon-les-Bains, et dont les productions pouvaient alimenter les populations habitant les actuels quartiers des Ursules et des Suets.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Christophe Landry, « Thonon-les-Bains – Avenue de Champagne », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 29 mai 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14959

Haut de page

Responsable d'opération

Christophe Landry

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org