Navigation – Plan du site
2013

Cran-Gevrier – Rue de la Pérollière

n°2211243
Responsable(s) des opérations : Chantal Delomier
Notice rédigée par : Chantal Delomier

Entrées d’index

Mots-clés :

bâti, colonnes, maçonnerie

Chronologique :

bas Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=6.081;45.889;6.117;45.916

1La réception d’un permis de démolir concernant la ferme Bel a suscité une prescription de l’État qui assigne aux repérages d’éventuels éléments d’architecture romaine en réemplois dans les maçonneries. Il fut donc préconisé que des sondages dans la maçonnerie (en extérieur comme en intérieur) soient réalisés ponctuellement pour repérer la présence de ces réemplois. Sur la mappe sarde, un bâti rectangulaire existe, seul, entouré de prés, vergers, marais, jardin et chènevrier. L’édifice ancien est aujourd’hui reconnu et identifié, son enveloppe exacte mesurée : 20 m de long sur 12,50 m de large, hors œuvre. Sa fonction reste imprécise, il s’agit peut-être d’une ferme contenant une partie habitat et une zone dédiée au stockage comportant grange, écurie, étable. La proposition d’une fourchette chronologique s’étalant du xve au xvie s. repose sur la présence d’un certain nombre de baies à chanfreins intégrées dans l’horizon stratigraphique initial, d’après la documentation et un vestige en place. Le mur pignon oriental de cette première maison a été complètement démoli pour la construction d’une vaste salle voûtée reposant sur quatre colonnes centrales. L’extension du bâtiment vers l’est apparaît incontestablement associée à la mise en place de cet espace voûté sur colonnes qui entraîne la démolition de l’ancienne limite orientale. Il s’agit d’un ambitieux projet architectural relevant du xviiie s., datation floue qui repose sur la typologie des colonnes et des modillons. L’identification de la salle voûtée sur colonnes reste sujette à caution ; elle pourrait être assimilée à une écurie bien que ces prestations de qualité restent très inhabituelles pour ce type d’utilisation. Les comparaisons morphologiques et concomitances chronologiques avec l’édifice appelé « abbaye » à Annecy-le-Vieux sont à creuser, et c’est sans doute par ce biais que l’on parviendra à déjouer les obstacles de la datation et de la fonction de l’espace. Ces deux salles présentent des parentés morphologiques et temporelles beaucoup trop fortes pour être fortuites. Tout concourt à penser qu’il s’agit d’un même promoteur. Quant à connaître son origine : religieuse ? Domaine de l’abbaye royale de Talloires, des Dominicains ou des trappistines du Semnoz ? Ou laïque ? Lignage seigneurial Crans-d’Aléry ? La disparité des sources n’aide pas. L’enquête historique concernant les origines, mutations, et transferts de propriétés n’est pas envisageable dans le cadre restreint de l’archéologie préventive. Les investigations sont donc à poursuivre. Une première construction suscitée par un grand laïc aux xve-xvie s. pourrait être acquise et refondée par un vaste domaine monastique au xviiie s., mais ceci n’est présenté qu’à titre d’hypothèse.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Chantal Delomier, « Cran-Gevrier – Rue de la Pérollière », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 28 mai 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14894

Haut de page

Responsable d'opération

Chantal Delomier

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org