Navigation – Plan du site
2013

Valence – Angle rue Balthazar Baro et rue des 14 Cantons

n°2211415
Responsable(s) des opérations : Pascale Conjard-Réthoré
Notice rédigée par : Pascale Conjard-Réthoré

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 26 362
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.854;44.887;4.978;44.960

1Le projet se situe au nord du centre ancien de la ville de Valence, dans un secteur relativement perturbé par les bombardements de la dernière guerre, qui a fait l’objet d’une importante reconstruction dans les années 1950. Néanmoins, l’îlot, objet du présent diagnostic, fait partie des rares secteurs qui n’ont pas été reconstruits depuis le xixe s. Les parcelles bâties observables sur le cadastre napoléonien sont identiques au parcellaire actuel. Le site se trouve entre la rue Farnerie, le long de laquelle a été conduite une fouille lors du réaménagement de l’ancienne salle des fêtes de la ville en théâtre en 1988, le boulevard Vauban, où l’extension de la Préfecture et du Conseil général a fait l’objet d’une fouille en 1991, et l’angle des rues Arménie-Bouffier qui a été fouillé en 2008.

2Cette opération, malgré son ampleur limitée, a permis d’observer un certain nombre d’éléments s’organisant de façon assez cohérente dans les jalons historiques classiques connus pour la ville.

3Les sondages 1 et 2 ont permis de vérifier la présence d’un bâti de terre et bois daté de la seconde moitié du ier s. av. J.-C.

4Une rue d’orientation est-ouest en accord avec le réseau viaire projeté se met en place autour de notre ère, ce qui apparaît classique à Valence. Cette rue est bordée par un bâti en adobe sur solin maçonné se rapportant vraisemblablement à de l’habitat : sol de béton, murs couverts d’enduits peints. Bâti et rue semblent en partie abandonnés précocement (soit dès le milieu du iie s.) pour laisser place à un jardin ou autre espace en aire ouverte. Cet espace de jardin perdure, au moins dans la partie centrale de l’îlot, jusqu’à l’époque moderne. L’épaisseur des terres de jardin se développe sur quelques 1,50 m, mais ces dernières sont très perturbées par l’occupation moderne. En périphérie de l’îlot, sont construits des maisons ou immeubles sur caves. Ces immeubles sont représentés sur le plan napoléonien, mais aussi sur le plan 1575. Il est probable que certaines maisons aient été construites dès le bas Moyen Âge.

5Ce diagnostic montre, comme en d’autres secteurs de la ville, que les zones d’occupation évoluent, et ce dès l’Antiquité, mais qu’une certaine pérennité de l’urbanisme est néanmoins perceptible sur le temps long. L’îlot actuel a peu évolué dans son schéma organisationnel avec un centre d’îlot très tôt dévolu à un espace de jardin ou cour, et une périphérie, le long des rues actuelles, construite de maisons ou petits immeubles. Les périodes de déprise ou d’abandon, enregistrées en partie dès le iie s., n’ont pas nui à son organisation initiale.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pascale Conjard-Réthoré, « Valence – Angle rue Balthazar Baro et rue des 14 Cantons », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14845

Haut de page

Responsable d'opération

Pascale Conjard-Réthoré

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org