Navigation – Plan du site
2013

Saint-Paul-Trois-Châteaux – îlot Juiverie

Responsable(s) des opérations : Chantal Delomier
Notice rédigée par : Chantal Delomier

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge, bas Moyen Âge

Opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 26324
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.720;44.325;4.803;44.373

1Depuis les années 1980, la commune de Saint-Paul-Trois-Châteaux s’est portée acquéreur d’une grande partie d’un îlot d’habitations en vue d’une réhabilitation intégrant la valorisation d’une maison datée des xv-xvie s. Situé au cœur de la ville médiévale, entre la place du marché et le palais épiscopal, ce quartier, qui couvre une surface d’environ 2000 m² est irrigué par une rue qui porte encore le nom de « Juiverie ».

2Le projet de réhabilitation a été lancé suite à l’inscription sur la liste des Monuments historiques de la tour dite judeorum (arrêté n°11-183 du 31 mai 2011) et à la création d’une ZPPAUP sur le centre ancien. Au vu de la complexité du tissu urbain, en accord avec le STAP Drôme et le SRA Rhône-Alpes, une étude patrimoniale et archéologique a été commandée en amont d’un projet architectural. L’étude d’expertise du bâti et d’identification des vestiges liés à la juiverie a été confiée à l’Inrap (Chantal Delomier et Claude de Mecquenem). Parallèlement, Drôme Aménagement Habitat a lancé le projet de réhabilitation avec l’agence d’architecture Fanzutti d’Avignon. La création de 19 logements est prévue dans le bâti ancien, et un bâtiment neuf sera construit.

3Une première phase, destinée à faire un inventaire des sources, identifier les secteurs susceptibles de conserver des stratigraphies en place et à dresser la liste des bâtiments remarquables susceptibles d’avoir conservé du bâti ancien, est terminée : les 16 parcelles ont été visitées ; les structures en élévation et les espaces vacants ont été photographiés, inventoriés et décrits. Une présentation synthétique des édifices, parcelle par parcelle, assortie d’un bilan et de propositions concrètes a été faite. Les immeubles y sont classés en trois niveaux d’intérêt scientifique, englobant sous un seul critère la stratigraphie médiévale susceptible d’être conservée en place et la problématique propre au quartier de la Juiverie.

4Les vestiges anciens se concentrent autour de la rue du Serf (n° 8, parcelles n° 427, 428 ; n° 10, parcelles n° 415 et 414) où les caves semi-enterrées sont des salles voûtées d’arêtes à baies obturées qui témoignent de l’existence d’anciens bâtis aujourd’hui détruits. Les séquences stratigraphiques vont du xve au xviiie s. Un petit immeuble au 20 impasse du Serf (parcelle n° 411) et les façades sur rue et sur cour du 12 rue du Serf (parcelle n° 413) ont conservé des vestiges tardi-médiévaux. L’hôtel du bas Moyen Âge situé rue Juiverie (parcelle n° 403) présente un ensemble architectural d’une qualité exceptionnelle maintes fois décrite : tour d’escalier en vis, galerie voûtée sur croisées d’ogives, espaces médiévaux, piédroits de cheminée monumentale, portes à accolades, fenêtres à meneaux et traverses (fig. 01). La datation de la fin du xve s. est assurée à la fois par la typologie et les textes. Il faut lui associer l’immeuble de la parcelle 405 ; largement reconstruit, il possède encore des maçonneries et des baies médiévales en place sur les façades sur rue et sur cour. La « tour » présente une morphologie suspecte, car ce n’est pas une tour au sens fonctionnel du terme : ses petites baies sont composées d’éléments réemployés. Enfin, le sous-sol contient le mikvé identifié par M. Lert. Les parcelles voisines renferment des vestiges qui restent à analyser dans une seconde phase lorsque le secteur en état de ruine avancé aura été sécurisé (n° 405, 407 et 408). Sur la parcelle 409, toujours rue Juiverie, un autre cellier a son entrée côté cour. Il présente des vestiges de portes dans les parois nord et sud, ainsi qu’un arrachement de mur et des niches pouvant relever d’un horizon médiéval en lien avec les parcelles voisines.

5De très nombreuses questions sont posées par cette étude en cours. Le nombre important d’espaces de réserves et de celliers voûtés d’arêtes au rez-de-chaussée apparaît comme une caractéristique du quartier. La caractérisation du quartier juif qui repose sur plusieurs critères restera néanmoins à aborder lors du second volet de l’étude : sa position à proximité d’une porte de la ville, sa clôture, ses portes, la hauteur des immeubles, l’absence d’ouvertures vers l’extérieur et de très nombreux passages internes, horizontaux… Mais cette première étude ne permettra pas de conclure sur l’existence ou non d’un véritable ghetto à une période ancienne, ni sur l’emplacement des synagogues. Les interventions d’archéologie préventive prendront le relais de cette première approche lorsque le projet de réhabilitation sera enclenché et les permis de construire déposés.

Fig. 01

4 rue Juiverie (parcelle n°403), façade sur cour

Fig. 02

îlot Juiverie : 12 rue du Serf, parcelle 413 : graffite daté du xixe s.

C. Delomier

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/14832/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/14832/img-2.png
Fichier image/png, 1,6M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Chantal Delomier, « Saint-Paul-Trois-Châteaux – îlot Juiverie », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14832

Haut de page

Responsable d'opération

Chantal Delomier

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org