Navigation – Plan du site
2013

Malataverne - Grotte Mandrin

n°2210573 (2011 - 2013)
Responsable(s) des opérations : Ludovic Slimak
Notice rédigée par : Ludovic Slimak

Entrées d’index

Chronologique :

Paléolithique moyen
Haut de page

Texte intégral


Code INSEE de la commune : 26169
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.715;44.453;4.776;44.496

12013 était la troisième année du programme triennal amorcé en 2011 et qui cumule un peu plus de 5 mois de terrain.

2Du 15 avril 2013 au 15 mai 2013, une équipe formée de 5 à 7 techniciens cordistes est venue mettre en place une structure de type charpente métallique en acier galvanisé sur le site, offrant une large couverture dans la partie extérieure de l’abri, nécessaire au programme d’extension des surfaces de fouilles amorcé en 2011. L’apport des matériaux s’est effectué par héliportage.

3L’opération 2013 s’est concentrée sur 4 axes :

  1. Amorce de l’extension de fouille en zone extérieure désormais couverte par la structure métallique. L’essentiel de la couche A y a été fouillée. En fin d’exercice 2013, le sommet de la couche B est atteint sur l’essentiel de l’extension nord.

  2. Poursuite des travaux de mise en place de la coupe stratigraphique principale nord-sud sur une longueur attenante de plus de 13 m documentant les dynamiques sédimentaires depuis le fond de la cavité jusqu’en limite nord de l’extension de fouille.

  3. Dans l’axe de cette coupe, dans son extrémité sud, poursuite de la fouille de la banquette sud-ouest amorcée en 2012 suivant la préconisation de la CIRA 2011.

  4. Dans l’axe de cette coupe, dans son extrémité nord, poursuite du Sd98 sur environ 2 m2 (150 × 150). Les couches I et localement J ont été atteintes, révélant pour la seule couche I plus de 5600 restes lithiques et plus de 6000 restes paléontologiques, une densité de mobilier jamais rencontrée à Mandrin ni ailleurs concernant le Paléolithique moyen en France méditerranéenne. Cette couche a aussi livré une canine lactéale humaine. Le contexte environnemental de cette couche I s’inscrit dans une ambiance tempérée et dominée par les cervidés. Un prélèvement sédimentaire en couche I a été traité prioritairement par l’équipe du laboratoire du RLAHA d’Oxford en OSL et a donné une date de 84.4 +/- 11.7 ka, plaçant Mandrin I entre les stades isotopiques 5a et 5b, en accord avec son contexte biostratigraphique. Cette mesure serait, selon l’équipe du RLAHA, légèrement sous-évaluée, et il n’est pas impossible que cette occupation s’inscrive dans l’un des sous-stades tempérés précédents, 5c ou 5e. La mise en place d’un corpus plus conséquent de mesures radiométriques par le RLAHA est ici une priorité. L’anthropologue D. Degusta, spécialiste en analyses forensiques de l’Université de Berkeley a poursuivi en juillet ses travaux de reconnaissance des restes humains au sein des collections paléontologiques. À la suite de cette deuxième phase de tri, l’équipe ADN de l’Université de Copenhague est revenue en septembre 2013 afin d’établir un second corpus d’échantillons pour analyses ADN sur les restes d’hominidés de la séquence Pléistocène supérieure, couches C, D et E.

4L’exercice 2013 s’est clôturé sur le terrain par une opération de sondages géologiques établis à la pelle mécanique en pied du massif, sous la direction de l’équipe Protée, et en présence de H. Camus, M. Rabanit, V. Ollivier et P. André, afin de caractériser la restitution des paléo-topographies et d’établir une corrélation entre les enregistrements stratigraphiques dans la cavité et les indices morphosédimentaires à l’extérieur. Les recherches géologiques sur le site même ont, enfin, montré un important recul de la voûte de l’abri. L’ensemble des unités sédimentaires profondes (F à J) localisées à 6 m à l’extérieur de l’abri se sont formées en milieu confiné protégé par une voûte alors notablement plus importante.

5Le projet triennal 2014-2016 s’articulera sur l’extension des opérations en zone extérieure, couches B à E, permettant une lecture planimétrique renforcée de la séquence supérieure, et sur la détermination stratigraphique et chronologique la plus précise des enregistrements profonds, couches F à I, par la mise en place d’une coupe transversale est-ouest s’inscrivant dans la continuité du sondage nord (Sd98).

6À la suite de cette phase triennale et au vu de l’importance du site, de son avancée et des nombreuses études et analyses de terrain en cours nécessitant d’autres développements, une demande triennale a été déposée pour l’exercice 2014-2016.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Ludovic Slimak, « Malataverne - Grotte Mandrin », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14801

Haut de page

Responsable d'opération

Ludovic Slimak

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org