Navigation – Plan du site
2013

Loriol-sur-Drôme - Bassin de rétention de Riboulin

Responsable(s) des opérations : Jean-Marc Lurol
Notice rédigée par : Jean-Marc Lurol

Entrées d’index

Mots-clés :

tuile, céramique, meule

Keywords :

Iron Age

Chronologique :

âge du Fer
Haut de page

Texte intégral


Code INSEE de la commune : 26166
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.759;44.726;4.870;44.772

1Le projet de création d’un bassin de rétention d’eau (bassin de rétention de Riboulin) sur la parcelle ZM 977p a déclenché un diagnostic archéologique qui s’est déroulé du 25 au 29 janvier 2013. Sur cette commune, jusqu’à ces dernières années, les connaissances archéologiques provenaient essentiellement de découvertes fortuites, de prospections au sol ou aériennes, d’hypothèses de site non attestées et de données obtenues lors de surveillances de travaux. Si un potentiel archéologique était suspecté, il restait encore à découvrir. Dernièrement, une campagne de diagnostic réalisée au Clos Chauvin, quartier nord-est de la ville (Bleu, 2008 – 2009) suivie d’une fouille sur un des secteurs diagnostiqué Pierres Blanches 2 (Cordier, 2010) ont révélé l’existence de sites se rapportant à deux périodes chronologiques : le Néolithique moyen et une phase de la Protohistoire. Il faut également ajouter à ces découvertes la mise au jour d’une occupation datée du Bronze final – Hallstatt C et D aux lieux-dits Domazane et Courthiol lors d’une campagne de diagnostics sur le tracé du futur contournement routier de Loriol-Livron (Vicard, 2008). Enfin, plus récemment, un diagnostic réalisé au cours du mois de janvier 2013 à Loriol-sur-Drôme, au lieu-dit la Maladière (Lurol, 2013), localisé à quelques centaines de mètres au nord-ouest de la parcelle ZM 977p, a révélé l’existence de deux inhumations non datées (étude radiocarbone en cours) qui sont vraisemblablement des sépultures.

2La parcelle ZM 977p est localisée au sud du centre-ville, au pied des premiers versants qui dominent Loriol-sur-Drôme, sur son côté oriental. La zone d’étude sur cette parcelle couvrait une surface de 5 500 m2, présentant une pente est-ouest irrégulière de 7 % (113 m à l’ouest et 120 m à l’est). Une ancienne ferme (datée du milieu du xviiie s.), composée de plusieurs corps de bâtiments et d’une cour intérieure, occupe le sommet de cette parcelle dans l’angle sud-est, et une source s’écoule dans la partie centrale. Au total, huit sondages ont été ouverts, leur profondeur a atteint en moyenne 1,4 m avec régulièrement des tests jusqu’à – 2,5 m pour obtenir une lecture plus complète des recouvrements superficiels de ce secteur. La surface sondée couvre environ 500 m2 et correspond à un peu plus de 9 % de l’emprise totale de l’étude.

3Ce diagnostic archéologique a permis de réaliser, d’une part, des observations sur la composition de la stratigraphie supérieure du sous-sol de ce secteur, et, d’autre part, de mettre en évidence, dans le sondage 1, un niveau d’occupation daté de l’âge du Fer (ve s av. J.-C.), matérialisé par un sol et une grande fosse. Il faut signaler aussi la découverte de quatre caniveaux maçonnés et de deux tronçons de murs, retrouvés dans les sondages 1, 2 et 4. Ces ensembles sont les témoins d’aménagements mis en place pour capter et/ou canaliser une partie des eaux de la source qui s’écoule sur cette parcelle. Ils ont été aménagés au cours des périodes moderne ou contemporaine.

4Du point de vue géomorphologique, ce secteur est composé d’une succession de couches sableuses ou limono-sableuses et de couches à granulométries beaucoup plus grossières (cailloutis, cailloux et galets) qui présentent différents pendages. La situation de la parcelle en pied de versant et la nature calcaire des matériaux permettent d’interpréter ces couches comme étant majoritairement des dépôts de pente provenant des reliefs qui dominent Loriol-sur-Drôme. L’existence de dépôts d’alluvions issus du cône de déjection de la Drôme est également possible dans la partie ouest de la parcelle, topographiquement plus basse.

5Des fragments de tuiles roulées post-antiques (Malgré leur aspect très érodé, nous pouvons affirmer qu’il ne s’agit pas de fragments de tegulae) ont été repérés dans la stratigraphie à 1,5 m de profondeur dans le sondage 3 et jusqu’à 1,9 m de profondeur dans le sondage 2. Leur présence indique que les dépôts supérieurs, sur une grande partie du site, se sont mis en place au cours de périodes récentes (à partir du Moyen Âge).

6Le niveau d’occupation de l’âge du Fer est localisé (ou préservé) uniquement dans la partie nord-ouest du site. Par rapport au sol actuel, il apparaît à 0,60 m (alt. NGF : 115,35 m) de profondeur dans la partie centrale du sondage, à 0,90 m (alt. NGF : 114 m) à l’extrémité occidentale, et à 1,40 m (alt. NGF : 115,85 m) dans la partie orientale. Cette couche de limon argileux homogène brun, épaisse de 10 à 15 cm, renferme divers artefacts (céramique essentiellement mais aussi un fragment de meule). L’étude de ce mobilier céramique a permis de caler une datation au cours du ve s. av. J.-C. Une grande fosse F. 1 de forme ovale (de 4,60 m de long sur 3,80 m de large), repérée dans la partie centrale du sondage 1, s’installe dans ce sol. Son comblement renferme de nombreux fragments de céramique appartenant à la même période chronologique que ceux du sol encaissant. On relève également la présence d’une petite « aiguillette » en alliage cuivreux interprétée comme un passe-lacet.

7Aucune trace de cet horizon n’a été repérée dans les autres tranchées. Il semblerait que cette partie du site ait été préservée au cours du temps, et n’ait pas connu les phénomènes de ruissellements et de migrations de matériaux observés sur le reste de la parcelle.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Marc Lurol, « Loriol-sur-Drôme - Bassin de rétention de Riboulin », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14796

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Marc Lurol

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org