Navigation – Plan du site
2013

Die – Chadillon et Cocause

n°2211375 (3 octobre 2013 - 15 novembre 2013)
Responsable(s) des opérations : Julia Patouret
Notice rédigée par : Julia Patouret

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=5.314;44.711;5.461;44.792

Fouille

1La fouille du site fait suite à une phase de diagnostic réalisée par l’Inrap au printemps 2013, du fait du projet d’extension par la Cave Coopérative de Jaillance de ses bâtiments de production. L’emprise totale du futur aménagement est d’environ 2,9 ha, divisée en deux tranches successives ; l’opération de fouille réalisée ne concerne que la première tranche, soit environ 1885 m2 d’emprise.

2Le diagnostic a mis en évidence trois types de vestiges (Thiercelin-Ferber, 2013), interprétés comme des occupations distinctes : une dépression linéaire d’orientation nord-ouest/sud-est interprétée comme un fossé, recoupée par des fosses attribuées au Néolithique moyen chasséen ; une concentration de ces dernières principalement à l’ouest de l’emprise (concernant donc la future tranche 2), et enfin un paléovallon d’orientation est-ouest contenant du mobilier attribué au Néolithique final. L’opération de fouille a permis de mieux comprendre l’insertion de ces vestiges dans le contexte géologique local et de préciser les premières observations faites à l’issue du diagnostic.

3Le site est localisé sur une paléoterrasse de la Drôme incisée par de petits paléocreusements probablement en lien avec des ruissellements, qui ont ensuite été recouverts par des apports limoneux d’origine colluviale. Ces derniers ont emprisonné différents types de mobiliers (céramique et lithique principalement), au cours d’une dynamique qui reste à éclaircir. Les vestiges (mobilier et structures) sont en tout cas en lien avec un horizon gravillonneux inclus au sein de cette dynamique. La conservation est globalement bonne.

442 structures en creux ont été mises au jour, ainsi que plusieurs zones limoneuses où des niveaux de mobilier étaient conservés. Les types d’aménagements s’apparentent à des structures de combustion à pierres chauffées, fosses de rejet, dispositifs de calage, creusement linéaire, et concentrations de pierres. Une partie des structures de combustion est disposée en un alignement de 8 à 10 foyers, qui sont constitués d’un niveau de galets de forme circulaire en plan, et associés à quelques restes mobiliers. Les structures de combustion, dispositifs de calage et fosses de rejet découverts lors de la fouille, correspondraient à des fréquentations du Néolithique, qui seraient à raccorder au semis de fosses chasséennes reconnu dans l’emprise du projet de la tranche 2. Des niveaux assez denses d’épandage de mobilier (céramique et silex) ont été fouillés au centre du périmètre et seraient à rattacher aussi à cette phase, en attente de l’élaboration des données. Quelques éléments lithiques semblent plus anciens (peut-être mésolithiques), et quelques éléments mobiliers intrusifs modernes (plastique, verre, métal) ont été ponctuellement reconnus dans le recouvrement limoneux.

5Le fossé perçu lors du diagnostic correspond en fait ici à un réseau de dépressions naturelles entaillant la surface de la terrasse, puis comblées par le recouvrement colluvionnaire. Cette dernière phase correspondrait à la mise en place des nappes de mobiliers résiduels, probablement simultanément à l’installation de l’alignement de foyers au centre de l’emprise.

6Le paléovallon a été exploré au sud-est du terrain et contient un niveau dense et localisé de mobilier (lithique et céramique), clairement rattachable au Néolithique, mais dont la chronologie doit être précisée.

7Un large creusement linéaire situé à proximité du paléovallon (et peut-être en lien avec lui) a été reconnu au sud-est de la zone fouillée et attribué aux périodes modernes (à partir du xvie s.) du fait de la phase d’aménagement agricole du périmètre à cette période.

8L’opération de fouille a permis d’appréhender les vestiges conservés à proximité du lit de la Drôme et de comprendre en partie leur insertion dans la dynamique sédimentaire locale. La conservation globalement bonne ainsi que la relative richesse des restes mobiliers et structurels laissant entrevoir l’intéressant potentiel archéologique de la zone.

Haut de page

Bibliographie

Thiercelin-Ferber F., 2013 : Chadillon et Cocause (Die, Drôme, Rhône-Alpes), rapport de diagnostic archéologique, Bron, Inrap Rhône-Alpes - Auvergne.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Julia Patouret, « Die – Chadillon et Cocause », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14752

Haut de page

Responsable d'opération

Julia Patouret

Paleotime

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org