Navigation – Plan du site
2013

Die - Chadillon et Cocause

Diagnostic
Responsable(s) des opérations : Frédérique Thiercelin-Ferber
Notice rédigée par : Frédérique Thiercelin-Ferber

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=5.314;44.711;5.461;44.792

Diagnostic

1L’intervention archéologique effectuée au lieu-dit Chadillon se situe à l’ouest de la commune de Die, sur une parcelle concernée par l’extension de la Cave de Jaillance. Préalablement à la réalisation de ce projet d’agrandissement, le SRA a décidé de procéder à un diagnostic archéologique afin de déterminer le potentiel archéologique du terrain.

2Ouvert à 7,8 %, ce diagnostic a révélé trois secteurs positifs manifestant la présence d’au moins trois occupations : la première matérialisée par un fossé recoupé par des fosses chasséennes, la deuxième représentée essentiellement par les dites fosses datée du Néolithique moyen et, enfin, une troisième, datée du Néolithique final en position secondaire dans un paléovallon.

3L’occupation érodée à l’ouest par le ruisseau de Cocause et au nord par une troncature provoquée par des écoulements alluvio-colluvionnaires, est conservée sur un peu plus de 2 ha. Les vestiges repérés sont localisés de part et d’autre d’un paléovallon. Au nord, ils ont été repérés entre 0,5 et 0,6 m de profondeur (à 393,30 m d’altitude NGF) et, au sud, les structures apparaissent entre 392,89 et 393,88 m d’altitude NGF. Dans le paléovallon, le niveau renfermant du mobilier néolithique présente un pendage d’ouest en est. Il apparaît à 0,90 m de profondeur : à l’ouest, dans le sondage 21, le niveau apparaît à 392,59 m NGF ; à l’est dans le sondage 32, le niveau est plus haut et se situe à 393,74 m NGF.

4Le fossé néolithique marque la première occupation. Il constitue une découverte exceptionnelle en moyenne vallée du Rhône : bien représentés dans le nord de la France dès le Néolithique ancien, les fossés sont aussi connus en Bourgogne : l’enceinte des Grands Champs à Autun (Saône-et-Loire) datée du Néolithique moyen en est un exemple. (Lemercier et al., 2012). Dans le sud, les enceintes chasséennes sont recensées notamment à Villeneuve-Tolosane et Cugnaux (Gandelin, 2011). Jusqu’à ce jour, aucun fossé néolithique n’avait encore été recoupé en moyenne vallée du Rhône.

5Dans le deuxième état, neuf fosses chasséennes sont localisées sur une surface de 435 m2. Cet assemblage laisse entrevoir l’existence d’une zone archéologiquement sensible pouvant atteindre une surface de 5 000 m2. La densité de ces structures permet d’évaluer le potentiel archéologique entre 70 et 130 fosses.

6Les quelques blocs en calcaires gréseux et calcaire fin, souvent quadrangulaires, découverts dans les fosses testées, rappellent pour certains les fragments de statues-menhir mis au jour dans la parcelle occidentale jouxtant la zone diagnostiquée. Ces dernières, retrouvées sans aucune relation avec un matériel archéologique, sont datées du Néolithique chasséen à partir de rapprochements stylistiques et thématiques (Beeching, Brochier, à paraître). Ces blocs de calcaires gréseux permettent de s’interroger sur la relation qui pourrait exister entre ces stèles et l’occupation révélée par ce diagnostic.

7Le niveau d’ouverture de ces fosses, qui apparaissent entre 0,50 m et 0,60 m sous la surface actuelle, est tronqué et ce, antérieurement à la mise en place d’un niveau de graviers qui scelle l’ensemble sur quasiment toute la parcelle. L’origine même de ce niveau gravillonneux et sa datation sont problématiques : il pourrait s’agir du résultat d’activités agricoles néo-, proto- ou historiques et du ré-étalement d’une élévation de type tumulus. II est en tout cas antérieur à un épandage de mobilier lié à la mise en culture de la parcelle à la période antique.

8Dans le paléovallon, du mobilier lithique et céramique a été retrouvé en position secondaire (troisième occupation). Le lot de poterie ne contient que des fragments sans indice typologique, ne donnant aucune indication chronologique. Toutefois, l’observation des pâtes céramiques montre des variations pouvant correspondre à une autre occupation. L’observation du silex permet d’affiner cette présomption. En effet, cette étude montre que la faiblesse numérique du matériel issu des fosses et leur faible valeur informative ne nous permet pas d’assimiler le matériel des fosses et celui du paléovallon comme un seul et même horizon culturel. Le mobilier lithique retrouvé dans ce paléovallon laisse entrevoir qu’une occupation du Néolithique final se trouvait à proximité

9Avec d’une part un fossé néolithique recoupé pour la première fois dans la région, et, d’autre part, un possible lien entre des fosses chasséennes et les statues-menhirs retrouvées en remplois, ce site présente un intérêt non négligeable. Les nouvelles observations réalisées à partir de ce site viendront compléter les données pour une phase chronologique, le début du Chasséen récent, encore mal connue dans cette région.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Frédérique Thiercelin-Ferber, « Die - Chadillon et Cocause », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14747

Haut de page

Responsable d'opération

Frédérique Thiercelin-Ferber

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org