Navigation – Plan du site
2013

Anneyron

Déviation de la RD01 (tranche 1)
Responsable(s) des opérations : Pascale Réthoré
Notice rédigée par : Pascale Réthoré

Texte intégral


Code INSEE de la commune : 26010
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.835;45.233;4.943;45.310

1Le tracé de la déviation de la route départementale n° 1 à Anneyron montre une occupation humaine de différentes périodes extrêmement riche.

2Cette occupation anthropique est essentiellement présente aux deux extrémités du tracé :

  • à l’ouest, au quartier des Moutonnes, avec un site de chemin, d’abord un chemin creux protohistorique, vraisemblablement réaménagé durant l’Antiquité avant d’être détruit par l’érosion.

  • à l’est au quartier du Moulin et Chargeaux, avec plusieurs pôles d’occupation distincts se rapportant à cinq périodes d’occupation.

3Entre ces deux extrémités du tracé, l’occupation est quasi inexistante, à peine marquée par quelques structures agricoles très érodées.

4À l’ouest, au quartier des Moutonnes, la présence d’un potentiel chemin creux protohistorique ayant évolué en voie empierrée au cours de l’Antiquité demeure un phénomène à la fois rare et important quant à la compréhension de la structuration du peuplement dans une région.

5Au sud-est, les premières traces d’occupation humaine sont perceptibles, d’abord de façon diffuse, dès le Campaniforme, puis de façon beaucoup plus dense au cours du Bronze final. Les loess qui recouvrent le versant sud de la terrasse fluvioglaciaire « mindélienne », au quartier des Chargeaux, apparaissent favorables à cette implantation humaine. Cette occupation du Bronze final IIIb offre un aspect spectaculaire par la qualité des artefacts lui étant associés et par leur état de conservation : assiettes, gobelets et plats ont été retrouvés complets. Tout comme l’occupation du Campaniforme, elle s’organise de façon très éclatée sur l’ensemble du versant. Cette occupation est essentiellement représentée par des fosses dont les niveaux d’ouverture s’effectuent globalement dans les mêmes niveaux sédimentaires que le Campaniforme. Les structures de ces deux périodes d’occupation, bien conservées, apparaissent pratiquement dans les mêmes niveaux sédimentaires, à un mètre de profondeur. Le type d’occupation n’est pas sans interroger. Comme le suggère E. Néré, la qualité du vaisselier présent dans la fosse 29 interroge sur sa fonction : la sur-représentation de vaisselle fine, et notamment d’assiettes et de gobelets signifie-t-elle que nous ayons affaire à des rejets de banquets (mais cette spécificité n’est pas admise pour le BF IIIb) ? Sommes-nous plutôt en présence d’une production régionale particulière ou de modes de consommation locaux spécifiques ? (Le même type de vaisselle a été mis au jour sur le site proche de Moras).

6Pour l’Antiquité, deux pôles d’occupation ont été mis au jour au quartier du Moulin, en bas de pente. Il n’a pas été impossible de cerner si ces deux sites étaient contemporains. Ils sont distants d’une cinquantaine de mètres et leurs modes de construction sont distincts. Il semble que nous ayons affaire à deux sites différents. Dans les deux cas, du mobilier daté du ive s. a été observé, essentiellement dans les niveaux de destruction ou le comblement d’une fosse. Il est possible d’estimer que parmi ces sites, au moins l’un d’entre eux est contemporain d’un dépôt de crémation mis au jour en haut de pente, à proximité de l’actuel chemin de Batazone. Ce dépôt de crémation, daté du début du iiie s., est riche d’un mobilier très caractéristique de ce type de structure et pour cette période. Sa présence à proximité de l’actuel chemin dit de Batazone, qualifié de chemin des Chargeaux à Anneyron sur le cadastre napoléonien, interroge sur l’ancienneté du chemin, qui, éventuellement, pourrait remonter à l’Antiquité. Un tel chemin installé à mi-coteau s’affranchirait de la zone humide de fond de vallon dans laquelle s’inscrit l’actuelle route départementale. L’occupation médiévale est marquée par plusieurs aires d’ensilage datées du Moyen Âge classique, qui s’organisent en périphérie des sites antiques. Contrairement aux fosses-silo du Bronze final, très bien conservées malgré leur situation en haut de pente, les fosses-silo médiévales, installées en bas de pente, sont mal conservées. Seule une moitié de leur volume originel a subsisté. Outre ces aires d’ensilages, il est possible qu’un habitat leur ait été associé. C’est ce que suggèrent quelques gros trous de poteau observés dans certains sondages.

7Le bas Moyen Âge est aussi représenté par une fosse-silo recelant du mobilier du xive s. Il est possible de l’associer à un petit bâtiment, situé à proximité du chemin de Batazone, dont ne subsistent plus que les tranchées d’épierrement.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pascale Réthoré, « Anneyron », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14738

Haut de page

Responsable d'opération

Pascale Réthoré

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org