Navigation – Plan du site
2013

Issanlas, Lanarce, Mazan-l’Abbaye - Occupation du territoire sur le plateau ardéchois

n°2210844
Responsable(s) des opérations : François Dumoulin
Notice rédigée par : François Dumoulin

Texte intégral


Code INSEE de la commune : 07105, 07130, 07154
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=3.958;44.723;4.051;44.807

1Le projet de prospection Haute Ardèche a connu une interruption en 2012, en raison d’un manque de disponibilité qui n’a pas permis de mettre en place la prospection prévue. Toutefois cette année avait été mise à profit pour préciser le projet et l’adapter aux moyens alloués à ce projet. Ainsi, le territoire exploré en 2013 a été réduit à trois communes : Mazan, Lanarce et Issanlas, qui sont une part importante du périmètre initialement déterminé. Riche des enseignements de la campagne de prospection de 2011, qui a permis de comprendre la difficulté particulière de la prospection sur ces zones où la couverture végétale est très présente, la méthode a été revue en direction d’une prospection ciblée sur les zones sensibles.

2Sur le terrain, l’ensemble des secteurs repérés a fait l’objet d’une prospection pédestre, menée du samedi 8 juin au vendredi 14 juin 2013. Cette prospection a été réalisée en effectif réduit de deux à cinq personnes, et a permis de réaliser deux objectifs. Le premier était de retourner sur diverses anomalies repérées sur les photos aériennes anciennes des communes d’Issanlas et Lanarce. Ce travail a nécessité deux journées. Le second objectif était de prospecter la commune très vaste de Mazan, en mettant l’accent sur les toponymes relevés par l’analyse du cadastre napoléonien. Parmi ces derniers, on relève de nombreuses mentions renvoyant à des zones de pâture, des chams, mais aussi deux toponymes de meulières, et une pierre dressée.

3Le dépouillement des photographies anciennes de l’IGN (1946 et 1948) a permis de repérer de nombreuses anomalies ou zones d’anomalies, et de relever des réseaux d’irrigations importants. Bien que des traces très nettes d’enclos, de murets soient visibles sur les clichés, un seul des indices photos a permis de repérer des vestiges au sol. Dans tous les autres cas, nous avons rencontré une végétation très masquante. On constate que ce secteur de montagne, à fort couvert forestier, est aujourd’hui fortement défavorable à une lecture du sol et à la conservation des vestiges éventuels en raison de la mécanisation des plantations des années 1950 aux années 1980. Il est à craindre que le recul des espaces ouverts poursuive et amplifie ce phénomène dans les décennies à venir.

4La prospection de terrain a été ciblée durant 5 jours sur les indices relevés sur la commune de Mazan. Les 5 sites identifiés comme tels ont fait l’objet d’une fiche de site.

5En premier point, on soulignera les difficultés de prospection de ce terrain, marqué par une emprise forestière très forte, de mise en place récente, à la suite de la déprise agricole. La lande et les pâtures couvrent la majeure partie du reste du territoire. Ainsi, plusieurs toponymes liés à l’estivage des troupeaux, les Chams et les Pras/Prés sous leurs différentes formes, ont été visités, mais la majorité d’entre eux est désormais recouverte de bois. Seuls le plateau de Chaumienne et celui de Pomeyrol échappent encore à ce sort. On peut cependant retenir qu’il existe deux catégories de chams : des chams de vallon, comme le Malacham situé sur la commune du Roux (hors emprise de la prospection), et des chams de crête, à l’image de Chaumienne et Pomeyrol. Leur occupation, leur mode et leur date de mise en œuvre sont-ils différents ? Nous n’avons pas recueilli les éléments permettant de le dire.

6En second point, on doit signaler l’importance du nombre de fermes ruinées. Un schéma directeur permet de proposer une construction assez stéréotypé de ces fermes composées d’un, parfois deux, vastes jardins de 20 m sur 10 m environ, et d’un corps de bâtiment agricole de 15 m sur 8 m environ, avec deux niveaux. Le niveau supérieur possède, le plus souvent, un accès charretier latéral desservi par une rampe, ou profitant de la pente. Il pourrait s’agir d’un fenil, à l’image de ce que l’on connaît sur le Vivarais Lignon (Hartmann-Nussbaum, Luneau et Sauzade, 2000). En rez-de-chaussée, une grande salle, parfois recoupée par des murs de refends, semble être l’étable. Collé à cet ensemble, un modeste logis, de 8 m par 5 m environ, peut être doté de deux niveaux. Enfin, une ou plusieurs « crottes » sont présentes. Il s’agit de petits bâtiments allongés (2 m sur 4 m au maximum) semi-enterrés. Leur toiture en pierre sèche en encorbellement est recouverte d’une épaisse couche de terre. Traditionnellement, il s’agit d’une réserve à pommes de terre, mais leur usage en cave à fromage peut aussi être supposé.

7Enfin, le seul site médiéval à avoir livré du mobilier est celui de Mazan Viel, situé dans la vallée du ruisseau de Mazan, en amont du village actuel, en rive gauche, sur le versant d’un vallon sec. La céramique recueillie se limite à 18 fragments de céramique grise dont 3 formes, qui renvoient au Moyen Âge central, sans que l’on puisse apporter de précision. Ce site est-il à mettre en relation avec la mention d’un premier établissement de Mazan ou bien correspond-il à une petite ferme installée là pour surveiller la vallée comme son pendant de la ferme de Viale sur l’autre versant du ruisseau ? La question reste posée.

8La prospection des indices de la commune de Mazan a permis d’identifier 5 sites, qui ont fait l’objet de fiches, mais un seul a livré de la céramique médiévale, en faible quantité, celui de Mazan Viel. Cette prospection a toutefois été l’occasion de se pencher sur un territoire très rarement abordé par l’archéologie et de dresser quelques constats. Le premier est celui de la difficulté de lecture du terrain et des profonds remaniements occasionnés par les reboisements modernes. Le second aspect concerne l’architecture vernaculaire. Si les premières lignes d’une typologie peuvent être tracées, un travail plus exhaustif pourrait voir le jour et profiter du potentiel important de ce secteur afin de déterminer une véritable typologie de l’habitat de montagne. Enfin, concernant la problématique initiale de ce travail, celle de l’origine du peuplement et de son lien avec la mise en place de mouvement saisonnier des troupeaux, nous n’apportons aucune réponse. La recherche des anomalies de terrain sur les plateaux d’estive actuels et le sondage systématique de ces anomalies, à l’image du travail réalisé dans les Alpes, seraient les seuls capables d’apporter de véritables éléments de réponse. Dans l’attente de la mise en place d’un tel projet, qui n’est pas prévu pour le moment, espérons que les recherches géo-archéologiques entamées sur le plateau (Dendievel, 2013) apporteront, via l’étude des tourbières, des points de repères dans la chronologie de la mise en place de cette occupation.

Haut de page

Bibliographie

Hartmann-Nussbaum S., Luneau J.-F., Sauzade L, 2000 : Le Vivarais Lignon (Inventaire Général du Patrimoine), Clermont-Ferrand.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

François Dumoulin, « Issanlas, Lanarce, Mazan-l’Abbaye - Occupation du territoire sur le plateau ardéchois », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 23 avril 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14684

Haut de page

Responsable d'opération

François Dumoulin

Organisme de rattachement : SRA Rhône-Alpes

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org