Navigation – Plan du site
2013

Vallon-Pont-d’Arc – Quartier Ratière

Responsable(s) des opérations : Éric Durand
Notice rédigée par : Éric Durand

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 07330
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.346;44.362;4.459;44.435

1L’opération de diagnostic réalisée au lieu-dit de la Ratière, située en bordure orientale du village de Vallon-Pont-d’Arc, sur les 2,7 ha accessibles d’un projet de pôle d’échange multimodal et d’espace de transit, a permis de compléter la connaissance géomorphologique et archéologique de ce terroir.

2Implantés au pied de la butte occidentale de Montingrand entre les cours actuels de l’Ibie et de l’Ardèche (1 km), les 37 sondages mécaniques (2137 m2 ; 7,87 %) ouverts en quinconce ont permis de mettre au jour 12 faits archéologiques et autres anomalies sédimentaires avec des marqueurs chronologiques conservés (mobilier céramique et lithique) représentant 3 périodes : le Néolithique final, le second âge du Fer et la période gallo-romaine.

3Trois sondages profonds ouverts à proximité de la rive droite du ruisseau de Ratière aujourd’hui canalisé, ont attesté et confirmé la présence de l’ancien méandre de l’Ardèche (Menneron, 2003). Cette ancienne terrasse alluviale (non datée) est scellée par la puissante séquence collu-alluviale d’un glacis calcaire entaillée par un paléochenal (réseau en tresse ?) du ruisseau de Ratière et/ou de l’Ibie (?). Les six sondages qui ont recoupé partiellement ces chenaux ont livré quelques marqueurs pour la chronologie du fonctionnement du réseau hydrologique et de l’occupation humaine du secteur. Les indices mis au jour dans quatre sondages, en position secondaire dans les chenaux, confirment la fréquentation de ce secteur alluvial et la forte densité d’occupation de cette région au Néolithique final. Ils démontrent aussi que la dynamique alluviale de la Ratière ne semble plus fonctionner (en partie) à partir de l’âge du Fer, et définitivement à l’époque antique.

4Outre ces rares artefacts néolithiques, protohistoriques et antiques, témoins d’une occupation démantelée, seules 4 structures sont conservées et attestées in situ : deux aménagements empierrés de l’âge du Fer, un mur maçonné moderne (xviiie s. ?) et un réseau d’adduction d’eau (de 1947). 29 autres structures non datées (drain, fossé, empierrement, tranchée, fosse de plantation) complètent les vestiges observés sur ce site.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Éric Durand, « Vallon-Pont-d’Arc – Quartier Ratière », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 23 avril 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14673

Haut de page

Responsable d'opération

Éric Durand

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org