Navigation – Plan du site
2013

Balazuc - Grotte des Barasses II

n°2211121 (août 2013)
Responsable(s) des opérations : Camille Daujeard
Notice rédigée par : Camille Daujeard

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 07120
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.332;44.484;4.415;44.540

1La Grotte des Barasses II est une petite cavité ouverte au sud dans une situation escarpée, à une cinquantaine de mètres du niveau actuel de l’Ardèche, en rive droite de son cours moyen. Les investigations conduites en 1967 et 1968 par J. Combier et J.-L. Porte avaient permis de mettre au jour plusieurs niveaux archéologiques du Paléolithique moyen attribués alors au Würm II, ainsi qu’une occupation plus récente par des ours des cavernes. L’industrie était relativement pauvre en regard de la très grande quantité de matériel faunique (Combier, 1968).

2L’étude taphonomique de la faune (Daujeard, 2008) avait établi sa richesse et sa variété, caractérisée par d’importantes accumulations de bouquetin (majoritairement naturelles) et par la présence de carnivores. Les traces de carnivores étaient plus fréquentes que celles de boucherie laissées par les Néandertaliens. Le site avait été considéré comme un bivouac (Combier, 1968 ; Daujeard et Moncel, 2010).

3La reprise des opérations dans la grotte s’est réalisée entre 2011 et 2013 dans le cadre du PCR « Espaces et subsistance au Paléolithique moyen dans le sud du Massif central » porté par J.-P. Raynal et M.-H. Moncel, dans l’axe « Acquérir collectivement des données », sous la responsabilité de C. Daujeard (Daujeard et al., 2011, 2012). Elle était motivée par le souci d’obtenir des données complémentaires sur les modalités de mise en place du remplissage, la chronologie des unités sédimentaires et les modes d’occupation de la cavité par les Néandertaliens.

4En 2011, trois carrés ont été ouverts : le carré F13 en partie centrale, anciennement sondé sur plus de 1,60 m par J. Combier en 1967-68, et deux nouveaux carrés G11 et G12 situés le long de la paroi est. En F13, les niveaux en place ont été fouillés sur 1 m d’épaisseur sans que le substrat n’ait été atteint. La fouille a permis de mettre au jour un petit corpus de matériel lithique et du matériel faunique en assez grande quantité. La richesse taxonomique de la grande faune de l’ensemble supérieur, principalement naturelle ou accumulée par les carnivores, a été confirmée. En revanche, les nouvelles fouilles dans l’ensemble inférieur ont permis de dégager des vestiges fauniques plus fragmentés et modifiés par l’homme, associés à une très riche micro-composante (micromammifères, avifaune, ichtyofaune, herpétofaune) accumulée par de petits prédateurs (traces d’ingestion et traces de dents).

5De nouvelles coupes stratigraphiques transversales et longitudinales ont été levées, permettant de reconnaître deux principaux ensembles lithostratigraphiques :

  • un ensemble supérieur limoneux composé par les unités 1 à 5, de teinte dominante brune, aux éléments grossiers altérés (cailloux calcaires émoussés et localement phosphatés) ;

  • un ensemble inférieur caillouteux regroupant les unités 6 à 7, de teinte dominante brun jaune, aux éléments grossiers peu altérés (cailloux calcaires subanguleux, peu ou pas phosphatés).

6Un premier bilan paléoenvironnemental et biostratigraphique, alimenté par des datations radiométriques préliminaires, a été proposé : l’ensemble sédimentaire inférieur correspondrait à un épisode froid du stade isotopique 5 ou de la fin du stade 6 (présence de Pliomys lenki et d’Allocricetus bursae) et l’ensemble supérieur, toujours caractérisé par un environnement froid et ouvert, appartiendrait globalement au stade 3 (fig. 1).

7En 2012, la fouille des deux carrés F12 et F13 dans la partie centrale de la grotte a permis de prolonger les coupes stratigraphiques transversales et longitudinales, atteignant l’ensemble inférieur sur une plus grande surface, et de confirmer l’organisation stratigraphique du remplissage. Une troisième molaire inférieure de bouquetin et deux échantillons de sédiments prélevés en 2011 ont permis d’obtenir des datations ESR/U-Th préliminaires et OSL pour les deux ensembles. Ces datations ont donné un âge de 98,4 +/- 15,1 ka au sommet de l’ensemble inférieur (US 6a : OSL 2) et des âges de 62,7 +/- 6,4 ka (US 2 : OSL 1) et de 48 +/- 4 ka (US 3 : ESR/U-Th) pour l’ensemble supérieur (Richard, 2012 ; Wang & Save, 2012). Des dents d’ongulés ont à nouveau été prélevées avec du sédiment pour datation ESR/U-Th (thèse de M. Richard, MNHN) et un prélèvement de sédiment pour datation OSL (OSL 3) a été effectué à la base de l’ensemble inférieur.

8L’étude taphonomique de la grande faune et de l’avifaune mises au jour en 2011 et 2012 (Le Pape, 2012) a conforté les données préliminaires et conclu à des accumulations mixtes, dans une grotte fréquentée en alternance par des Néandertaliens et de nombreux carnivores, les restes étant plus marqués par l’action humaine dans l’ensemble inférieur.

9L’étude taphonomique des rongeurs mis au jour en 2011 et 2012 a désigné de petits rapaces nocturnes comme responsables de leur accumulation, n’entraînant que de très faibles biais représentatifs. Les analyses paléoécologiques et biostratigraphiques ont ainsi permis de confirmer l’existence de deux ensembles stratigraphiques distincts :

  • l’ensemble inférieur, correspondant à l’installation d’un climat polaire et d’un environnement ouvert, au sein du stade isotopique 5 ;

  • l’ensemble supérieur, mettant en évidence un environnement mixte traduisant une certaine instabilité climatique, attribué aux stades isotopiques 4 ou 3 (Foury, 2013).

10À la fin de la campagne 2012, la partie médiane de l’ensemble inférieur restait inconnue et le substrat n’avait pas été atteint. Il est donc apparu nécessaire de poursuivre les travaux dans la grotte de façon à préciser les informations concernant l’ensemble inférieur (en F12) et de déterminer l’épaisseur totale du remplissage (carottage de la base de la séquence en F13).

11En 2013, l’utilisation d’une station totale (V. Delvigne et A. Lafarge) a facilité la prise de coordonnées des objets et a permis d’effectuer des relevés topographiques plus précis dans la grotte. La fouille des quarts de carré F12 C et D a mis en évidence un niveau très riche en matériel archéologique et petits cailloutis dans la partie haute de l’ensemble inférieur, sur près de 40 à 50 cm d’épaisseur (US 6 sommet). Au-dessous, les cailloutis deviennent plus gros et plus nombreux et on trouve quelques grandes plaquettes verticales et des fragments de spéléothèmes démantelés. Le matériel se raréfie pour atteindre une zone quasi-stérile. Du matériel est à nouveau présent à la base, dans l’US 7. La brèche (US 8) a été atteinte à près de 3 m de profondeur. Un carottage a été effectué sur un mètre de profondeur en F13, à la base de l’ensemble inférieur. Le substrat n’a pas été atteint.

12Le matériel récolté en 2013 est riche en microfaune, charbons, grande faune et objets lithiques. Le prélèvement de sédiments pour OSL (OSL 3) effectué en 2012 à la base de l’ensemble inférieur a livré un âge de 72,7 ± 11,9 ka (US 7) (fig. 7). Cinq dents d’ongulé et du sédiment ont été prélevés dans l’ensemble inférieur (US 6 base) pour datation ESR/U-Th (thèse de M. Richard, MNHN). Plusieurs dosimètres ont été placés dans les deux ensembles. Des mesures de susceptibilité magnétique ont été effectuées tout le long de la séquence.

13Au terme de ces trois années, l’étude du matériel lithique conclut à la présence d’un corpus hétérogène caractérisé par une chaîne opératoire segmentée pour l’exploitation du silex (produits importés de gites variés et retouche in situ) et une chaîne complète pour l’exploitation des roches volcaniques présentes localement en gîte secondaire alluvial (plus fréquente dans l’ensemble inférieur). Les grands traits techniques et la composition de l’assemblage subsistent tout au long de la séquence, suggérant une récurrence dans le type d’occupation et les activités. Toutefois, il faut rester prudent, étant donné la petite superficie fouillée livrant peut-être une image déformée des comportements techniques. La présence de pointes brisées, la diversité apparente des types de silex et les rares nucléus (silex et basalte) demandent à être confrontés à l’étude de l’origine des silex et aux données taphonomiques et tracéologiques (études en cours ou à venir) afin de préciser ce qui nous paraît toujours être des indices d’occupations très brèves.

14L’arrêt des prospections aux Barasses s’opère avec l’achèvement du programme tri-annuel du PCR dirigé par J.P. Raynal et M.H. Moncel, et l’année 2014 sera dédiée au travail post-fouille et à la publication des résultats de ces trois années de sondage, placés au sein de la dynamique proposée dans la demande de renouvellement du PCR.

fig. 01

Coupe transversale après l’intervention de 2012 et avec les prélèvements OSL ayant fourni des éléments de datation (CP1, 3 et 4b)

M. Rué

Haut de page

Bibliographie

Combier J., 1968 : Rapport sur la campagne de fouilles à Balazuc, Ardèche, circonscription archéologique Rhône-Alpes, (np).

Daujeard C., 2008 : « Exploitation du milieu animal par les Néandertaliens dans le Sud-Est de la France », British Archaeological Reports International Series, S1867, 634 p.

Daujeard C., & Moncel M.-H., 2010 : « On Neanderthal subsistence strategies and land use : a regional focus on the Rhone Valley area in southeastern France », Journal of Anthropological Archaeology, 29, p. 368-391.

Foury Y., 2013 : Les Rongeurs des Barasses II (Balazuc, Ardèche) dans la dynamique écologique de la vallée du Rhône au Paléolithique moyen, mémoire de master 2, MNHN, 160 p.

Le Pape J.-M., 2012 : Étude archéozoologique et taphonomique de la faune du site paléolithique moyen de la grotte des Barasses II (Balazuc, Ardèche), mémoire de master 2, MNHN, 108 p.

Richard M., 2012 : Datation de restes dentaires et de spéléothèmes de sites du Paléolithique moyen d’Ardèche. Application de la résonance de spin électronique (ESR) et des séries de l’uranium (U-Th), mémoire de master 2, MNHN, 95 p.

Wang N. & Save S., 2012 : Rapport de datation par luminescence (OSL) pour le PCR Auvergne-Ardèche, Amélie SARL (2010-046), 8 p.

Wang N. & Save S., 2013 : Rapport de datation par luminescence (OSL) pour le PCR Auvergne-Ardèche, Amélie SARL (2010-046), 11 p.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/14577/img-1.png
Fichier image/png, 459k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Camille Daujeard, « Balazuc - Grotte des Barasses II », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 23 avril 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14577

Haut de page

Responsable d'opération

Camille Daujeard

Organisme de rattachement : UMR 7194, CNRS, MNHN

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org