Navigation – Plan du site
2013

Villars-les-Dombes

Mantolière
Responsable(s) des opérations : Karine Raynaud
Notice rédigée par : Karine Raynaud

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=5.008;45.965;5.080;46.035

1Le projet de logements sociaux prévu au lieu-dit de la Mantolière a donné lieu à une opération de diagnostic, suite à prescription. Les 4,3 hectares ont été sondés en quinconce avec 82 sondages totalisant une ouverture de 7,4 %. Le terrain concerné comprend une partie haute assise sur une butte loessique, un versant orienté ouest descendant vers la Chalaronne et une partie de la plaine alluviale de celle-ci, sur sa rive droite. La carte archéologique mentionnait pour la commune, d’une part les indices médiévaux et urbains de la motte castrale principale érigée en hauteur (La Poype), d’autre part quelques découvertes gallo-romaines concernant des habitats isolés et en contrebas, dans la plaine. Notre intervention a révélé tout d’abord les caractéristiques géomorphologiques du projet, avec une zone très érodée mais plane sur le sommet de la butte, le transfert de ces sédiments en bas de pente sous forme d’épaisses colluvions limoneuses grises, et une zone également très érodée sur le tiers supérieur de la pente où affleure soit un lambeau de moraine à galets, soit un horizon lœssique orangé (horion Bt). Les vestiges archéologiques mis au jour dans l’angle nord-est de la parcelle principale appartiennent majoritairement au Haut-Empire, avec des indices d’occupation fossoyés bien calés chronologiquement mais plutôt évasifs quant à leur morphologie : fossés aux contours douteux, rares fosses et trous de poteau. Outre le caractère inédit de cette installation, notons la présence d’un mobilier céramique culinaire homogène et assimilable aux corpus déjà connus régionalement (région lyonnaise, vallée de la Saône). L’absence de toute trace de bâti et la difficulté à restituer des plans de bâtiments nous ont conduits à proposer une position périphérique, dans le voisinage immédiat d’une première occupation antique à Villars-les-Dombes, en position de hauteur, bien que distante des choix d’implantation réalisés à l’époque médiévale.

2Nous pouvons aussi retenir la présence de deux structures contenant du mobilier datant de l’âge du Bronze final I-IIa ainsi que des éléments céramiques de la même période retrouvés dans les colluvions. Ces vestiges occupent le même emplacement que l’occupation gallo-romaine et se prolongent possiblement en dehors de l’emprise.

3Pour les périodes plus récentes, nous avons pu reconnaître quelques tessons dans les stratigraphies sédimentaires, écho de la butte castrale de Filioli distante de 50 m de l’emprise. Des vestiges architecturaux de l’époque moderne viennent polluer fréquemment le sommet et les couches de scellement des structures gallo-romaines, apportant quelques confusions.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Karine Raynaud, « Villars-les-Dombes », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 27 mars 2015, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14509

Haut de page

Responsable d'opération

Karine Raynaud

Organisme de rattachement : Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org