Navigation – Plan du site
2013

Ramasse, Villereversure

Chaux Demarchand, Marbre, La Combette, Combe Rongin, Mont Grenier, Les Balmes, tranche 1 b
Responsable(s) des opérations : Dominique Mazuy
Notice rédigée par : Dominique Mazuy

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 01317, 01447
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=5.336;46.169;5.378;46.209

1La campagne de diagnostic effectuée sur les parcelles impactées par la tranche 1b d’exploitation de la carrière a permis d’étoffer légèrement le faisceau d’indices d’occupations humaines pour le haut Moyen Âge, et de corroborer une présence humaine datable entre le Néolithique et la Protohistoire. Ces phases chronologiques étaient déjà représentées par les découvertes archéologiques anciennes à proximité, ainsi que par un contexte archéologique plus large très riche. La prise en compte des indices fournis par les couches sédimentaires rencontrées dans les sondages a contribué à une confirmation des dynamiques sédimentaires liées à cet éperon rocheux et déjà appréhendées lors de la première campagne de diagnostic. La nature karstique du socle sous-jacent a pour partie contribué à la conservation d’une trace d’action humaine sous la forme d’une fosse circulaire rubéfiée, dont l’installation semble directement liée à la présence et à la forme d’un petit aven. Les autres failles découvertes et accessibles ont été explorées mais elles n’ont rien livré. Seule une possible activité de transformation de pierre (chaux) pourrait être caractérisée par le fait 1 situé sur le plateau.

2Les couches contenant les rares indicateurs de fréquentations humaines sur ce site, en particulier sur l’aire du fond de la doline au nord, ne peuvent être pour l'instant considérées comme des niveaux d’occupation en place. Aucune structure archéologique n'a pu être distinguée dans ces sédiments contenant les artefacts. La dynamique particulière liée au fonctionnement de ce phénomène karstique accentue la solifluction des bassins versants et majore les phénomènes de coulées lors de déboisements à proximité. On peut donc raisonnablement considérer que le matériel céramique et les autres marqueurs anthropiques peuvent provenir de lieux connexes, en contre-haut. Nonobstant cette forte possibilité de déplacement, l’éventualité d’horizons pérennes résultant d’occupations diachroniques (Néolithique ou Protohistoire et haut Moyen Âge) du cœur de la doline peut aussi être envisagée. Enfin, ces fragments de récipients peuvent résulter de simples passages épisodiques dans ce lieu. La phase 4 du diagnostic archéologique permettra peut-être de répondre à ce questionnement, puisque la moitié de la surface de cette cuvette fera l’objet de nouvelles investigations. De plus, la campagne d’évaluation concernant la tranche 3 d’exploitation de la carrière s'inscrit dans une partie située plus au nord. Elle permettra éventuellement de livrer d’autres indices de fréquentation de ce milieu particulier, formé d’affleurements rocheux constituant un éperon et dont les environs immédiats sont riches de nombreux vestiges.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Dominique Mazuy, « Ramasse, Villereversure », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 26 mars 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14465

Haut de page

Responsable d'opération

Dominique Mazuy

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org