Navigation – Plan du site
2013

Izernore - Temple gallo-romain : nettoyage, consolidation et mise en valeur

n°2211305 (septembre 2014)
Responsable(s) des opérations : Emmanuel Ferber
Notice rédigée par : Emmanuel Ferber

Entrées d’index

Peuples et cités :

Séquanes, Ambarres, Lyonnaise

Chronologique :

Haut-Empire, Gallo-romain
Haut de page

Texte intégral

Code Insee commune : 01192
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=5.522;46.190;5.599;46.242

1Un aménagement des abords du temple gallo-romain ainsi qu’une nouvelle restauration des parties en élévation sont envisagés. Dans cette perspective, le SRA a souhaité une étude du site.

2Dans ce cadre, une recherche en archives destinée à présenter un bilan complet des divers travaux réalisés sur les lieux depuis le xviie s. (restaurations comprises) a été effectuée. Les observations des données de terrain obtenues dans douze sondages ont été confrontées aux documents d’archive. Un levé topographique poussé ainsi qu’une ortho-photographie ont permis la réalisation d’un plan précis du bâti. Un inventaire des fragments architecturaux provenant du temple et dispersés sur la commune a été réalisé et une première expertise des enduits peints conservés au musée d'Izernore a été menée.

3En définitive, les travaux de terrain ont montré deux phases de construction.

4Le premier bâtiment possède une longueur d’au moins 17,50 m hors-œuvre, pour une largeur de 15 m. Sa construction s’effectue sur un terrain connaissant une légère déclivité qui provoque un effet de terrasse sur la façade orientale. Ses murs sont, entre autres, ornés de panneaux à fond blanc décorés de motifs végétaux datables du ier s. apr. J.-C. Des enduits rouge bordeaux sont encore visibles sur la base de la façade méridionale. Un accès au sud est observé. Ce premier ensemble, qui précède le temple monumental, a toujours été considéré comme un sanctuaire. Cette entrée au sud déroge aux normes traditionnellement admises pour ce type de monument pour lequel les textes préconisent une entrée à l’ouest (Vitruve, IV, 5). Sans être rédhibitoire, cette ouverture ne plaide donc pas en faveur d’une fonction religieuse de l’édifice. Elle est cependant contrebalancée par une inscription [PAETVS / VSLM] (CIL XIII, 2573) conservée au musée qui proviendrait d’un « blocage intérieur du mur primitif du temple » et qui soutient plutôt l’idée d’une vocation sacrée du lieu dès le premier état. Par ailleurs, des fragments de corniche et de placage retrouvés en 1963 sous un radier appartenant au second état laissent deviner une construction riche, voire monumentale.

5Le temple encore en partie en élévation qui est édifié ensuite, tient compte des dimensions du bâtiment qui le précède. Le mur stylobate chemise ainsi les murs sud, ouest et nord de l'ancienne construction. Sa fondation, constituée de treize assises régulières de moellons liés par un mortier de chaux, atteint 1,50 m. Ces assises reposent sur des éclats de taille ou sur des blocs posés de chant, qui dans les deux cas, font office de couche drainante. Le profil complet du podium est présent du soubassement à la corniche, grâce à la conservation de ses trois angles. Les redents visibles à la jonction des angles et du mur soulignaient le « corps » du podium. À l’est, deux murs situés dans le prolongement des murs latéraux se trouvent en position de murs d'échiffres. La mouluration semble se poursuivre, sans redent sur leur face extérieure. La hauteur de la plinthe jusqu’au niveau de la galerie est d'environ 2,80 m. Plusieurs indices (géométrie des piliers d’angle, fûts de colonne erratiques, configuration du stylobate) semblent indiquer la présence d’une colonnade périphérique ouverte. La cella actuellement visible correspond entièrement aux restaurations effectuées en 1910. Elle forme un rectangle légèrement déformé d’environ 12,80 m x 7,80 m. Du fait de la distorsion des angles, la largeur de chaque galerie est légèrement variable, ce qui semble surprenant dans le contexte de cette architecture. Mais sans le contour originel de la cella, les dimensions des galeries et d’un éventuel pronaos restent hypothétiques. L’étude architecturale a apporté des éléments nouveaux pour la restitution de la corniche, mais ne permet pas de réduire la fourchette chronologique (ier s. – iie s.). Des enduits peints sur fond rouge portant des motifs animaliers et végétaux, datables de la deuxième moitié du ier s. ou du iie s., pourraient être associés à cet édifice.

6Le degré de restauration est important : non seulement la majeure partie de la cella en élévation date du début du xxe s., mais la plupart des murs visibles en petit appareil ont fait l'objet de réfections. Dans l’angle sud-est du podium, le parement pourtant enfoui a été remonté sur plus de 0,80 m afin de replacer des blocs en grand appareil. Cette restauration a été effectuée avec plus ou moins de bonheur, et tout porte à croire que des structures du premier état ont été arbitrairement liées à des éléments appartenant à la dernière occupation. Les travaux menés ont apporté un état des lieux relativement précis sur ce temple et ont répondu à un certain nombre de questions sur l’interprétation des données anciennes, mais ils ont conduit aussi à d’autres interrogations que seules de nouvelles études plus poussées, menées conjointement à une nouvelle campagne sur le terrain, pourraient résoudre.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Emmanuel Ferber, « Izernore - Temple gallo-romain : nettoyage, consolidation et mise en valeur », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 26 mars 2015, consulté le 24 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14430

Haut de page

Responsable d'opération

Emmanuel Ferber

Organisme de rattachement : Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org