Navigation – Plan du site
2013

Hauteville-Lompnes

Ponciaz
Responsable(s) des opérations : Responsable d’opération : Dominique Mazuy
Notice rédigée par : Dominique Mazuy

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 01185
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=5.522;45.917;5.640;46.008

1Le premier objectif scientifique de ce diagnostic archéologique était de cerner l’historique de l’exploitation d’une ancienne carrière de calcaire marbrier, le rythme de son développement spatial ainsi que les techniques d’extractions employées. Une étude documentaire, des relevés de terrains et des observations des aires naturelles concernées ont été les moyens définis pour tenter de mettre en évidence de possibles traces de grandes phases d’activités et la présence d’éventuels signes d’occupations passées.

2Les vestiges liés à l’extraction de blocs sont tous de l’époque contemporaine : fronts de tailles portant des traces de fleuret, amas de blocs extraits, zones remblayées par des stériles, trous de forage, socles de béton supportant les installations de levage. De plus, les terrains encore non exploités inclus dans le périmètre du projet n’ont fourni aucun indice d’occupation ou d’activité anciennes.

3On peut toutefois affirmer que ces matériaux ont été exploités depuis très longtemps pour des besoins locaux dans des constructions diverses. Le fonds documentaire concernant la carrière du lieu-dit Ponciaz ou « carrière franco-italienne » est très indigent. Les archives identifiant cette activité comme pérenne sur ce site n’excèdent pas le début du xixe s. La première mention d’une exploitation de carrière sur le territoire des communes (aujourd’hui fondues en une seule agglomération) provient d'un compte-rendu du Préfet Bossi en 1808, assurant que cette activité assure la prospérité de ces communes. On pouvait raisonnablement espérer qu’une quantité substantielle de renseignements pourrait être recueillie au regard de l’ancienneté et de l’importance de l’exploitation de ces matériaux sur ce territoire, tant par la quantité extraite que par la qualité de ces derniers. Ces blocs de calcaire ont contribué à l’édification de nombreux bâtiments prestigieux dans le monde entier : Empire State Building (en partie), le Capitole à Washington, le Palais Impérial à Tokyo, l’Hôtel de Ville d’Alger…

4Une exploitation planifiée en vue d’une exportation des matériaux était quasiment impossible jusqu’au milieu du xixe s. au regard du nombre et de la qualité des voies de communications desservant le plateau hautevillois, alors très enclavé. L’avènement de l’ère industrielle et le développement des réseaux viaires et ferrés ont contribué à une intensification de l’activité d’extraction. De plus, ces progrès ont participé à l’élaboration d’une stratégie de production orientée vers l’amélioration de la qualité des matières prélevées et la diversification des produits, par une mise en valeur de ce qui était alors considéré comme des stériles sous forme de granulats.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Dominique Mazuy, « Hauteville-Lompnes », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 26 mars 2015, consulté le 28 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/14425

Haut de page

Responsable d'opération

Dominique Mazuy

Organisme de rattachement : Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org