Navigation – Plan du site
2011

Vichy – Lit de l’Allier

n°6838
Responsable(s) des opérations : Olivier Troubat
Notice rédigée par : Olivier Troubat

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 03310

Lien Atlas (MCC) : http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=3.405;46.111;3.446;46.153

Datation d’un moulin pendu gallo-romain sur culée de pont à Vichy dans le lit de l’Allier et relevés complémentaires

Pont gallo-romain

1En 2007, un pont gallo-romain avait été relevé dans le lit de l’Allier à Vichy et Bellerive. L’un des pieux, rive gauche, avait été daté au carbone 14 entre 0 et 180 apr. J.-C. (rapport 2007). Nous notions alors que le prélèvement avait été fait sur une travée bien constituée, qui appartenait apparemment à un état intermédiaire et que le pont pouvait être plus ancien. Deux nouvelles datations par le radiocarbone ont été effectuées en 2011, sur la culée du pont en rive droite (Pont : MLK-811 : 1810 +/-30BP. Probabilité 95,4 % : 120-330 apr. J.-C. Pont et/ou moulin : MLK-812 : 1810 +ou-40BP. Probabilité 95,4 % : 80-340 apr. J.-C.). Elles nous apprennent que le pont est toujours utilisé à la fin du iiie s. apr. J.-C. et peut-être même – en probabilité toutefois faible – au début du ive s. apr. J.-C.

2On compte généralement qu’un pont de bois a une durée de vie d’environ 50 ans. Nous avions relevé un minimum de six reconstructions et également défini une phase intermédiaire possible d’abandon. Un changement du cours de la rivière est effectivement possible, dans la zone de divagation qui, au droit du pont, fait 1,7 km de large, avant un retour dans son lit initial. Les datations des deux rives sont cohérentes avec ces durées d’utilisation (discontinues ?) du pont sur au moins trois siècles, du ier s. apr. J.-C.au iiie s. apr. J.-C. a minima, avec débordements possibles sur le ier s. av. J.-C.et le ive s. apr. J.-C.

Moulin pendu gallo-romain

3En 2008-2009, un relevé d’une zone de blocs avait montré un moulin gallo-romain construit en aval immédiat de la culée rive droite du pont. Comme il s’agit, à ce jour, de l’unique exemple de moulin pendu sur pont antique trouvé en France (les trois autres sont en Angleterre et en Tunisie) et que, de surcroît, il montre une technique de rotation des meules inédite en moulin hydraulique, il était intéressant de le situer chronologiquement.

4Des datations au radiocarbone 14C ont été effectuées en 2011 (MLK-812 : supra. MLK-813 : 1830 +ou-30BP. Probabilité 95,4 % : 80-260 apr. J.-C.). L’analyse des données permet de réduire la fourchette de probabilité à la période 130-250 apr. J.-C.

5La datation du moulin sur culée de Vichy est cohérente avec les trois autres ouvrages de même type trouvés par ailleurs. Celui de Chesters Bridge (Angleterre) serait du iiie s. (datation peu sûre), celui de Willowford (Angleterre) est fixé à un pont des fortifications du mur d’Hadrien (fortifications utilisées du iie s. au ve s.). Celui de Chemtou (Tunisie) est de la fin du iiie au début du ive s. Le moulin de Vichy est légèrement antérieur à ces trois exemples. Son originalité, outre qu’il s’agisse d’un moulin pendu, est la technique inédite, pour un moulin hydraulique, de la meule dormante non transpercée, témoignant d’un dispositif d’entraînement par le haut.

6Chronologiquement, il est possible de dire que le pont existait depuis longtemps – au moins un siècle – avant la construction du moulin. Celui-ci a apparemment eu une vie courte (voir infra) avant une crue destructrice, qui a endommagé aussi le pont. Le pont a pu être reconstruit et perdurer sans le moulin.

7Les datations permettent une meilleure compréhension de l’ensemble, en attribuant bien à une même période de construction plusieurs bois. La chambre de meunerie peut ainsi être située, directement à l’est de blocs techniques à orifices, qui devaient soutenir les roues hydrauliques. La présence des tours de meules et de la toiture qui les couvrait, à cinq mètres en aval, peut illustrer le sens de l’écroulement de cette chambre, qui devait se trouver au sec, en hauteur au-dessus des eaux. Comme souvent pour les moulins, la destruction fut violente, apparemment par crue, comme le montrent les pièces importantes, qui représentent une valeur, mais qui n’ont pas été récupérées, sans doute parce qu’elles ont été alors enfouies.

8La rive ancienne a pu être définie par les bois de la culée du pont, de ceux du moulin, de la protection de rive avale et de deux constructions de rive encadrant l’entrée du pont : l’une en aval est un bâtiment lié au moulin, où a été trouvée une meule en cours de fabrication, et l’autre en amont peut-être liée au pont (bâtiment ou autre). Les deux bâtiments de la meunerie étaient couverts d’une toiture en tegulae/imbrices, dont les fragments très denses ont été retrouvés à l’emplacement des deux bâtiments. Ces fragments montrent une unité réelle de couverture, faite avec une pâte, un dégraissant et des épaisseurs semblables. Elle pourrait témoigner d’un usage à une seule époque et sans réparation. Cette homogénéité se retrouve également dans les datations par le radiocarbone réalisées.

9Les vestiges du moulin montrent ainsi une construction, d’une dizaine de mètres de longueur, dans le sens du courant, sur 6 à 7 m. de large. Le mur de soutien des roues hydrauliques, soumis au courant, était bâti en blocs de calcaire ou de grès taillés de grande taille, jusqu’à ½ m3. Le reste du moulin était monté sur pilotis de bois. L’ensemble était couvert d’une toiture de tuiles. La construction est faite sur culée, profitant de l’accélération du courant au débouché d’un pont de bois. Le pont et son moulin se situent devant la ville antique de Vichy, sur l’important axe Lyon-Poitiers. Le soin apparent des matériaux du moulin montre un choix esthétique, sans doute lié à son emplacement particulier.

Observations nouvelles sur la zone

10La vidéo du lac d’Allier a permis d’affiner les observations faites les années précédentes, notamment par la découverte de pieux supplémentaires du pont, de quelques blocs dispersés munis de trous de louve, apparemment perdus lors de transports fluviaux.

11D’autres bois ont été relevés, mais ne semblent pas faire partie du pont. Certains affectent une usure typique en pointe de crayon, de bois ayant séjourné longtemps dans l’eau. L’un d’eux a la forme d’une grande planche, déplacée apparemment il y a quelques décennies (cassures encore visibles en partie émoussées), de 6,20 m de long, 0,60 m de large et 0,10 m d’épaisseur. Plusieurs hypothèses sont envisageables : bois du tablier, ce qui serait exceptionnel ; membrures et bordés d’embarcation, les ponts, ou leurs restes affleurant, étant des obstacles provocateurs de naufrages ; bois de flottage.

12Des vérifications en plongée, dans une période plus clémente que celle des relevés où l’eau était à 4°C, pourront permettre de conforter ou non ces observations. Si, à Vichy, la présence d’un chaland gallo-romain est signalée, et est à l’origine de nos recherches dans le plan d’eau depuis quatre ans, les archives révèlent aussi que deux chalands transportant de la houille ont coulé dans la zone au xixe s. (rapport 2007). Les naufrages, à toutes époques ont pu être nombreux, sur les obstacles restant des pieux du pont de bois.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Olivier Troubat, « Vichy – Lit de l’Allier », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 02 octobre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/13394

Haut de page

Responsable d'opération

Olivier Troubat

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org