Navigation – Plan du site
2011

Les Petits Jardins, Isle-et-Bardais

n°6614
Responsable(s) des opérations : Laure Laüt
Notice rédigée par : Laure Laüt

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) : http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=2.705;46.650;2.848;46.723

1Le site des Petits Jardins à Isle-et-Bardais a fait l’objet cette année d’une septième campagne de fouille programmée. Les recherches sur ce sanctuaire antique qui se trouve au cœur de la forêt domaniale de Tronçais sont réalisées dans le cadre du projet collectif de recherche sur le territoire des Bituriges Cubes (« Paysages et peuplements dans le Berry ancien, de la Protohistoire au Moyen Âge », coordination : C. Gandini et L. Laüt). Cette campagne s’inscrit dans une opération de fouille programmée trisannuelle (2010-2012) sur le site. Elle s’est déroulée sur quatre semaines, du 13 août au 10 septembre 2011, avec une équipe de dix fouilleurs bénévoles. Les objectifs de cette année étaient de préciser le système de clôture du temple 1, ainsi que les plans des bâtiments 3a et 3b, correspondant respectivement à un édifice extérieur au péribole du sanctuaire et au porche d’entrée dans l’aire sacrée du temple 2. Au total, 91 m2 de terrain ont été fouillés, répartis dans trois secteurs.

Plan des trois secteurs de fouille

Plan des trois secteurs de fouille

Relevé général du site des Petits Jardins à Isle-et-Bardais (Allier), avec indication en rouge des structures mises au jour lors de la campagne 2011.

L. Laüt

Les apports de la campagne 2011

Sur le système de clôture du temple 1

2Une série de quatre sondages a été réalisée, dans le prolongement d’une amorce de mur mise au jour l’an dernier, immédiatement au nord-est du bâtiment 3a. Cette structure a pu être suivie sur 16 m vers le nord et semble donc bien correspondre au mur de clôture oriental du temple 1 qui s’interrompt, au nord, en face de l’entrée du temple 1. Les éléments dont nous disposons désormais à propos du péribole du temple 1 permettent de reconstituer une aire rectangulaire de 1576 m2, dans laquelle le fanum se trouve excentré au nord-ouest. On pourra remarquer que, même si l’aire sacrée du temple 2 présente une forme différente, à savoir un carré d’environ 40 m de côté, sa superficie de 1585 m2 est quasiment identique à celle du temple voisin.

Sur le porche d’entrée dans l’aire sacrée du temple 2 (bâtiment 3b)

3Le dégagement du bâtiment 3b a pu être mené à son terme cette année.

Bâtiment 3b

Bâtiment 3b

Vue générale du porche d’entrée (bâtiment 3b) depuis l’est, avec le temple 2 en arrière-plan.

Laure Laüt

4Une ouverture a été mise en évidence au niveau du mur occidental, dont l’élévation s’interrompt dans la partie centrale, pour ménager une entrée de 1,8 m de large, permettant d’accéder à l’intérieur de l’aire sacrée. Une petite pièce de 2,7 m sur 1,5 m, jusque-là insoupçonnée, a également été mise au jour dans l’angle sud-ouest du porche d’entrée. Sur une majeure partie de la surface fouillée, une couche cendreuse révélant un probable incendie a été observée. Ces traces d’une destruction violente du bâtiment expliquent peut-être la relative abondance des objets (céramique, clous de charpente, verre) recueillis dans les couches de démolition et les niveaux de sol à l’intérieur du porche. Signalons simplement, parmi ces éléments mobiliers du Haut-Empire étudiés par Isabelle Bouchain-Palleau, un beau fragment de céramique sigillée de type Dragendorff 37, dont le décor représente notamment une scène érotique et une Diane chasseresse. Cette coupe, normalement utilisée pour le service à table, semble avoir été produite par l’atelier de Toulon-sur-Allier, au iie s. apr. J.-C.

Sur l’habitat accolé au sanctuaire (bâtiment 3a)

5Les dégagements se sont également poursuivis au niveau du bâtiment 3a, dont le plan général avait commencé à être cerné l’an dernier. Les secteurs fouillés cette année ont permis de préciser l’articulation de cette construction avec l’angle nord-est du mur de clôture du temple 2. À l’opposé, dans l’angle sud-est du bâtiment, quelques déchets de forge (scories, battitures) ont encore été trouvés, dans le prolongement de la zone d’activité métallurgique identifiée en 2010. Mais des éléments plus inattendus ont été découverts, lors des derniers jours de cette campagne 2011. Il s’agit d’une série de structures dessinant au moins une nouvelle pièce de 4,5 m sur 1,5 m au sud du bâtiment 3a, avec un sol de cailloutis aménagé 60 cm en-dessous des niveaux de circulation de cet édifice. Des murs de soutènement, parementés seulement d’un seul côté, l’autre côté, non visible à l’époque, servant à contenir les terres. L’abondant mobilier trouvé dans les niveaux de destruction de ces structures relève essentiellement des ier s.et iie s. Si la chronologie de ces aménagements est à peu près cernée, de nombreuses interrogations subsistent au sujet de leur extension et de leur fonction au sein du sanctuaire.

Recherches complémentaires sur l’atelier de tuiliers tardif

6Même si les campagnes de ces dernières années ont essentiellement porté sur les vestiges du sanctuaire antique, il ne faut pas oublier que le site des Petits Jardins a été aussi le cadre d’une toute autre activité, avec l’implantation d’un atelier de tuiliers, sans doute à la fin de l’Antiquité ou au début du haut Moyen Âge. Une des fouilleuses de l’équipe, Noémie Arandel, a entrepris cette année une recherche sur les productions de tegulae tardives ou postérieures à l’époque romaine, dans le cadre d’un mémoire de master 1 en archéologie à l’université Paris 1. Elle s’intéressera donc principalement aux données recueillies sur le site des Petits Jardins, qui présente des fours de tuiliers installés dans les ruines du temple 1, et dont la fin de l’activité a pu être datée par archéomagnétisme des vie-viie s. Elle cherchera aussi des éléments de comparaison à ce cas de figure exceptionnel, en France et dans les pays limitrophes.

Publications, expositions et conférences sur le site des Petits Jardins

7L’année 2011 a été marquée par une série d’évènements qui a mis en lumière les résultats de nos travaux. Tout d’abord, le site des Petits Jardins à fait l’objet d’une présentation dans le cadre de l’exposition Carnets de fouilles, l’actualité de l’archéologie dans l’Allier (Laüt, 2011a ; Besson et al., 2011 : 47). Par ailleurs, nous avons bénéficié de la publication, offerte par le Service régional d’Archéologie de Clermont-Ferrand, d’une plaquette en couleur de douze pages sur les résultats de cette fouille programmée (Laüt, 2011b). Sur le site lui-même, une journée « Portes ouvertes » a été organisée en fin de campagne de fouille, le 3 septembre 2011. À cette occasion, des aménagements en bois ont été réalisés, avec le soutien de l’Office national des forêts (ONF), pour matérialiser au sol les murs des structures aujourd’hui remblayées, notamment des temples 1 et 2. Enfin, un bilan des six premières années de fouille programmée sur ce site a été publié dans le bulletin de la Société des Amis de la forêt de Tronçais (Laüt, 2011c ; Laüt, 2012).

Haut de page

Bibliographie

Besson et al., 2011 : Besson J., Cabezuelo U., Dacko M., Fourvel A., Gaime S., Lallemand D., Laüt L., Martinez D., Wittmann A. : « Aux racines de l’Allier, l’actualité des recherches », Archéologia, 492, 2011, p. 36-49.

Laüt, 2011a : Laüt L. : « Le site des Petits Jardins à Isle-et-Bardais (forêt domaniale de Tronçais, Allier) » in Bèche M, Henon J., Lallemand D. (dir.), Carnet de fouilles, l’actualité de l’archéologie dans l’Allier, catalogue d’exposition, musée Anne-de-Beaujeu, Moulins, 30 juin-8 janvier 2011, Moulins, musée Anne-de-Beaujeu, 2011, p. 82-87.

Laüt, 2011b : Laüt L. : Le site des Petits Jardins à Isle-et-Bardais (03), du sanctuaire antique à l’atelier de tuilier du haut moyen âge, Clermont-Ferrand, Drac d’Auvergne (coll. Archéologie en Auvergne, 1), ministère de la Culture et de la Communication, 2011.

Laüt, 2011c : Laüt L. : « Le sanctuaire des Petits Jardins à Isle-et-Bardais, en forêt domaniale de Tronçais : résultats des fouilles menées depuis 2002 », Bulletin de la société des amis de la forêt de Tronçais, 56, 2011, p. 37-61.

Laüt, 2012 : Laüt L. : « Premier bilan des recherches sur le sanctuaire des Petits Jardins à Isle-et-Bardais, en forêt domaniale de Tronçais (Allier) » in Cazanove O. de, Méniel P. (dir.), Étudier les lieux de culte en Gaule romaine, Montagnac, Monique Mergoil (coll. Archéologie et Histoire romaine, 24), 2012, p. 181-196.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan des trois secteurs de fouille
Légende Relevé général du site des Petits Jardins à Isle-et-Bardais (Allier), avec indication en rouge des structures mises au jour lors de la campagne 2011.
Crédits L. Laüt
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/13379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Bâtiment 3b
Légende Vue générale du porche d’entrée (bâtiment 3b) depuis l’est, avec le temple 2 en arrière-plan.
Crédits Laure Laüt
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/13379/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Laure Laüt, « Les Petits Jardins, Isle-et-Bardais », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 02 octobre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/13379

Haut de page

Responsable d'opération

Laure Laüt

UMR 8546, ENS, CNRS, Paris-1-Panthéon-Sorbonne

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org