Navigation – Plan du site
non-daté

Le Perthus – Panissars

Responsable(s) des opérations : Georges Castellvi, Josep Maria Nolla et Isabel Rodà
Notice rédigée par : Georges Castellvi, Josep Maria Nolla, Isabel Rodà, Aurélie Avarez, Marie-Louise Blangy, Jean-Claude Bessac, Jérôme Kotarba, Ricardo Mar, Theresa Marot, Marc Mayer, Jean-Louis Paillet et Michel Tesson

Entrées d’index

Peuples et cités :

Espagnol

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP), Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1985 - 1993 (FP) ; 1984 (SD)
Inventeur(s) : Castellvi Georges ; Nolla Josep Maria ; Rodà Isabel

Localisation

1Les ruines superposées des édifices sont situées au col de Panissars (335 m), partie en France (pour les 2/3), partie en Espagne (pour 1/3) [ (Fig. n°1 : Plan des ruines du trophée de Pompée et du prieuré médiéval Sainte-Marie) et (Fig. n°2 : Ruines du prieuré médiéval et du trphée républicain de Panissars)]. Depuis plus de deux mille ans, ce col et son voisin, le col du Perthus distant à l'est d'un km à vol d'oiseau, marquent la limite de deux anciens pagi de l'époque romaine : Roussillon au nord et Empordan au sud. Plusieurs fois dans l'histoire cette limite naturelle de partage des eaux (bassin du Tech au nord, bassin du Llobregat d'Empordà au sud) a joué le rôle de frontière d'états : dans l'Antiquité entre Gaule et Hispanie, ainsi que de 1276 à 1344 entre royaumes de Majorque et d'Aragon, de 1475 à 1493 entre royaumes de France et d'Aragon, et, depuis 1659, entre France et Espagne.

Historique des fouilles

2Après deux campagnes de débroussaillement et de tri de pierres menées en 1983 et 1984 par de jeunes bénévoles adhérant à l'association Rempart, sous la tutelle de l'association Salvaguarda (responsable : Marie-Louise Blangy, Le Perthus), le secteur français a fait l'objet d'une fouille programmée, sous la direction de Georges Castellvi (secteur français), financée par le ministère français de la Culture (1984 à 1993). À la suite d'une convention signée entre les deux secteurs (1989), la partie espagnole du site a été fouillée de 1990 à 1993 par les équipes de Josep Maria Nolla et d'Isabel Rodà, grâce au financement de la Generalitat de Catalunya.

Le passage des voies domitienne et augustéenne

3Outre le fait supposé que le col ait pu servir de passage dès la Préhistoire à l'instar de nombreux autres cols pyrénéens, la fouille a établi le passage en ce lieu de la via Domitia et de la via Augusta, comme l'a attesté la découverte, à partir d'avril 1986, d'ornières imprimées dans le rocher. La voie, taillée en tranchée dans le rocher, y est large d'environ 5,15 m (Fig. n°3 : La via Domitia et son prolongement en Espagne, la via Augusta, au franchissement du col de Panissars). Dans un rayon de 200 m autour du monument, elle franchissait le col en baïonnette selon une direction générale nord-ouest - sud-est en traversant le monument selon un axe nord-nord-est - sud-sud-est d'environ 40 m. Côté français la montée se faisait ainsi le long du versant ouest du Mas de Panissars ; côté espagnol, tout de suite après le passage du monument la voie redescendait en prenant une direction à 45 ° vers l'est.

Le trophée pyrénéen de Pompée

4Nous savons, grâce aux textes d'auteurs grecs et latins [Salluste (Hist. frag. M III, 5, 89), Strabon (Geo. III, 4, 1 ; III, 4, 7 ; III, 4, 9 ; IV, 1, 3), Pline l'Ancien (H.N. 3, 3, 18 ; 7, 26, 96 ; 37, 2, 14-15), Dion Cassius (Hist. Rom. 41, 24), Exuperantius (B.C. 8)], que Pompée érigea un imposant trophée, à la limite de la Gaule et de l'Hispanie, en 71 av. J.-C., au retour victorieux de ses campagnes en Espagne contre les Romains, Sertorius et Perpenna, et leurs alliés espagnols révoltés contre le Sénat romain.

5Il en subsiste aujourd'hui deux importants soubassements parallélépipédiques, de hauteur inégale, taillés dans le rocher de part et d'autre du franchissement de la voie; celui de l'est a conservé une partie de son habillage en béton de mortier (opus cæmenticium) ainsi que quelques blocs des fondations de son parement en grès assemblé en appareil pseudo-isodome à assises alternées de carreaux et boutisses.

6Le dégagement complet de toutes les tranchées romaines a permis de prendre un certain nombre de mesures au théodolite, mesures effectuées par Jean-Louis Paillet en août 1991 et en juillet 1993 [ (Fig. n°4 : Angle nord-est des tranchées de fondation du trophée) et (Fig. n°5 : Tranchée de fondation E (soubassement oriental))]. Les fondations des deux soubassements atteignent au sol entre 30,765 m et 30,915 m de long pour une largeur comprise entre 15,530 m et 16,066 m ; l'ensemble des fondations, soubassements et passage de la voie compris, couvre ainsi une aire de 36,70 m (à 0,017 m près) x 30,84 m (à 0,075 m près). À l'angle sud-ouest des fondations du soubassement oriental, en fond de tranchée, a été mis au jour une croix gravée à 0,50 m - 0,55 m, repère probable des limites du monument en élévation. Si l'on retranche cette mesure pour chaque angle du monument nous obtenons alors de nouvelles dimensions (35,70 m x 29,74 m) très proches du rapport classique de 120 pieds x 100 pieds romains (1 pied = 0,2963 m) soit 35,55 m x 29,63 m.

7La hauteur conservée du soubassement le plus élevé (à l'ouest) est de 6,40 m au-dessus de la voie. Les superstructures devaient être construites en grand appareil de grès à l'identique des fondations du parement. En outre, à l'intérieur de chaque soubassement, on trouve des tranchées de fondations en forme de U, ouvertes vers la voie, délimitant au sol un quadrilatère de 22,40 m x 18 m : ces fondations sont probablement celles d'un étage de 75 pieds x 60 pieds de façade, soit 21,90 m x 17,52 m.

8Ce plan offre ainsi la possibilité de restituer un monument turriforme à deux niveaux au moins (travaux des architectes Jean-Louis Paillet et Ricardo Mar), très certainement le trophée que Pompée fit élever au faîte de la voie domitienne, au franchissement des Pyrénées (71 av. J.-C.).

9Aux abords immédiats du monument ont été mises au jour deux plates-formes aménagées dans le substrat rocheux et comportant des séries de mortaises de plan circulaire ou quadrangulaire ; l'on connaît par ailleurs trois mortaises isolées qui correspondraient également à l'ancrage de chèvres. Il s'agit probablement des traces de machines de levage (étude en cours de Jean-Louis Paillet). Toujours en ce qui concerne les techniques de construction, un certain nombre d'observations nouvelles ont pu être faites à partir des traces d'outils présentes sur les parois ou le fond des tranchées (étude de Jean-Claude Bessac).

10De nouvelles études géologiques ont porté sur l'identification et l'origine possible du grès employé à la construction du monument. Il en résulte (études Michel Tesson, Aureli Alvarez) que ce type de matériau n'affleure pas à moins de 12 km et que « les marqueurs » les plus proches correspondent aux grès de l'Empordan (une cinquantaine de kilomètres environ) qui ont fourni la cité d'Empuries. À signaler également la mise au jour de rares fragments de marbre blanc calcinés provenant de plaques antiques certainement postérieures au monument lui-même.

11Le trophée demeura certainement peu de siècles en élévation, s'effondrant pour une raison inconnue (tremblement de terre, érosion éolienne des murs porteurs, destruction volontaire ?). Il servit de carrière à matériaux pour la construction et la restauration des forteresses des Cluses, autour du IVe s. peut-être jusqu'au début du Ve s. apr. J.-C. (monnaies au nom des Constantiniens, de Théodose et d'Honorius ; étude Teresa Marot). La fouille exhaustive des tranchées de fondation a permis d'établir trois principales séquences de remploi des blocs de grès : dans l'Antiquité tardive, au moment de la construction de l'église (attestée en 1011) et lors de la mise en carrière définitive du site (entre 1679 et 1685).

12Quelques vestiges céramiques (Hayes 87, DSP orangées et grises, Rigoir 6B et 10, etc.) seraient les témoins de passages ou d'occupations ponctuelles à la fin de l'Antiquité tardive. La présence de lambeaux de murs et d'un lot de vingt-trois silos creusés à même le rocher dans le périmètre des ruines romaines et sous-jacents au prieuré atteste une occupation d'époque carolingienne (IXe s. - fin Xe s.) ; leur abandon définitif est probablement consécutif à la construction de l'église de l'an mil (présence notamment de céramiques à cuisson oxydante lissée, de pégaus à bec ponté) comme le confirmeraient les datations Ly-4459 (AD 660-980) et Gif-7280 (AD 875-1055) réalisées respectivement en 1988 et 1987.

Le prieuré roman Sainte-Marie

13Les moines bénédictins de l'abbaye d'Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales) prirent possession des lieux pour y élever en 1011 ou peu avant l'église Sainte-Marie, devenu prieuré à la fin du même siècle. Cet endroit joua un rôle important en 1285, année où le roi de France, Philippe le Hardi, allié du roi de Majorque, entra en guerre contre le royaume d'Aragon. Son armée fut décimée près de Castelló d'Empordà (Espagne) par une épidémie de malaria. Lui-même en fut atteint. Il donna ordre de rentrer en France par le col de Panissars. Il passa ainsi la nuit du 31 août au 1er septembre dans les murs de ce prieuré. Pour certains chroniqueurs catalans, ce fut sa dernière nuit. Le lendemain son armée se remit en marche sur Perpignan, mais son arrière-garde fut anéantie entre Panissars et les Cluses par l'armée du roi Pierre III d'Aragon. Selon d'autres chroniqueurs, français, Philippe le Hardi mourut à Perpignan des suites de sa maladie.

14Sur les ruines du monument qui continua à servir de carrière fut d'abord construite l'église. Son plan est celui d'un édifice à trois nefs, orienté à l'est mais étiré dans le sens nord-sud. (axe du soubassement oriental romain), occupant grosso modo le centre du soubassement oriental. L'abside unique a été aménagée en partie contre le parement oriental du soubassement romain alors en place, reprenant de fait un schéma constructif de type carolingien caractérisé par un niveau inférieur ou pseudo-crypte (à 1,30 m sous le niveau de la nef) et un niveau supérieur, le chœur proprement dit, situé à 1,40 m au-dessus du niveau de la nef ; son plan est semi-circulaire, légèrement en fer à cheval. La nef était certainement charpentée comme permet de le penser le départ au sol sur les trois faces nord, ouest et sud de pilastres constitués de blocs de grès romains utilisés en remploi. La couverture probablement construite en bâtière pourrait avoir été aménagée sur les deux côtés, nord et sud, soit selon une pente unique, soit en deux pans distincts marquant le passage de la nef centrale aux nefs latérales. Les dimensions de l'édifice hors œuvre sont de 15,80 m x 13,40 m.

15La fouille au pourtour du chevet a révélé, outre l'existence d'inhumations médiévales en coffres de dalles rayonnant à partir du chevet, de nombreux claveaux et deux voussoirs provenant des fenêtres romanes de l'abside.

16Le plan des structures mises au jour au sud de l'église permet d'identifier une aire ouverte de 11,20 m sur 10,90 m-10,95 m, aménagée entre deux couloirs situés au nord et au sud. Il s'agirait d'un cloître bordé de deux galeries (nord, sud) peut-être trois (ouest ?) qui ont livré un certain nombre de sépultures médiévales et modernes. Il faut ajouter la mise au jour d'une avant-nef à l'ouest de la nef et une série de pièces en rapport avec la vie du lieu (cuisines, caves...) ouvrant toutes sur le cloître. Dans l'une des pièces donnant sur le cloître au sud ont été identifiés les restes d'une forge rudimentaire probablement contemporaine d'une occupation ponctuelle durant les guerres révolutionnaires de 1793-94 (Fig. n°6 : Aménagement de la fin du XVIII e s. : forge ? ) ; le creuset était constitué d'un bénitier en remploi (probablement un ex voto d'après les gravures de deux jambes figurant sur cuve de la pièce en association avec des croix), (Fig. n°7 : Bénitier remployé comme creuset. Décor gravé de croix et de jambes (ex voto ?)).

17La fouille menée de 1984 à 1993 aura mis au jour de nombreuses inhumations (plus de 200) ainsi qu'un certain nombre de zones de dépotoirs et de remblais. Le mobilier archéologique est essentiellement constitué de fragments de poteries médiévales et modernes où se mêlent parfois quelques fragments de céramiques romaines remaniées. L'ensemble de ce mobilier est déposé et présenté pour partie au fort de Bellegarde. Actuellement des études sont en cours (thèse d'anthropologie de Marina Hue, maîtrises sur céramiques).

18En grande partie ruiné vers le milieu du XVIe s. (guerres franco-espagnoles) le site sera définitivement abandonné et mis en carrière en 1679 lors de la construction du fort français de Bellegarde. Le site ouvert au public devrait faire l'objet d'une mise en valeur (Fig. n°8 : Fondations du trophée (panneau d'information)).

19[(Rodà, Isabel. 1993.) ; (Castellvi, Georges ; Nolla, Josep Maria ; Rodà, Isabel. 1996.) ; (Castellvi, Georges ; Nolla, Josep Maria ; Rodà, Isabel. 1995.) ; (Castellvi, Georges ; Nolla, Josep Maria ; Rodà, Isabel. 1993.) ; (Castellvi, Georges ; Nolla, Josep Maria ; Rodà, Isabel. 1992.)]

Haut de page

Bibliographie

Rodà, Isabel. 1993 : « Els models arquitectònics dels trofeus de Pompeu als Pirineus », Homenatge a Miquel Tarradell, Barcelona, p. 647-651.

Castellvi, GeorgesNolla, Josep MariaRodà, Isabel. 1996 : « Santa Maria de Panissars », Catalunya Romànica, XXV, Enciclopèdia Catalana, Barcelona, p. 164.

Castellvi, GeorgesNolla, Josep MariaRodà, Isabel. 1995 : « La identificacion de los trofeos de Pompeyo en el Pirineo », Michigan, Journal of Roman Archaeology, 8, p. 5-19.

Castellvi, GeorgesNolla, Josep MariaRodà, Isabel. 1993 : « Pompey's trophies », La ciutat en el mon romà, XIVe congrès international d'Archéologie classique, II, Tarragona, p. 93-96.

Castellvi, GeorgesNolla, Josep MariaRodà, Isabel. 1992 : « Els trofeus de Pompeu i l'altar de Cèsar al coll de Panissars », Roma a Catalunya, catalogue d'exposition, Barcelone,Institut Català d'Estudis Mediterranis, p. 22-25.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan des ruines du trophée de Pompée et du prieuré médiéval Sainte-Marie

Fig. n°1 : Plan des ruines du trophée de Pompée et du prieuré médiéval Sainte-Marie

Auteur(s) : Paillet, Jean-Louis ; Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Paillet, Jean-Louis ; Castellvi, Georges (2004)

Fig. n°2 : Ruines du prieuré médiéval et du trphée républicain de Panissars

Fig. n°2 : Ruines du prieuré médiéval et du trphée républicain de Panissars

Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)

Fig. n°3 : La via Domitia et son prolongement en Espagne, la via Augusta, au franchissement du col de Panissars

Fig. n°3 : La via Domitia et son prolongement en Espagne, la via Augusta, au franchissement du col de Panissars

Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)

Fig. n°4 : Angle nord-est des tranchées de fondation du trophée

Fig. n°4 : Angle nord-est des tranchées de fondation du trophée

Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)

Fig. n°5 : Tranchée de fondation E (soubassement oriental)

Fig. n°5 : Tranchée de fondation E (soubassement oriental)

Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)

Fig. n°6 : Aménagement de la fin du XVIII e s. : forge ?

Fig. n°6 : Aménagement de la fin du XVIII       e s. : forge ?

Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)

Fig. n°7 : Bénitier remployé comme creuset. Décor gravé de croix et de jambes (ex voto ?)

Fig. n°7 : Bénitier remployé comme creuset. Décor gravé de croix et de jambes (ex voto ?)

Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)

Fig. n°8 : Fondations du trophée (panneau d'information)

Fig. n°8 : Fondations du trophée (panneau d'information)

Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan des ruines du trophée de Pompée et du prieuré médiéval Sainte-Marie
Crédits Auteur(s) : Paillet, Jean-Louis ; Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Paillet, Jean-Louis ; Castellvi, Georges (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. n°2 : Ruines du prieuré médiéval et du trphée républicain de Panissars
Crédits Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. n°3 : La via Domitia et son prolongement en Espagne, la via Augusta, au franchissement du col de Panissars
Crédits Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Fig. n°4 : Angle nord-est des tranchées de fondation du trophée
Crédits Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. n°5 : Tranchée de fondation E (soubassement oriental)
Crédits Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11679/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. n°6 : Aménagement de la fin du XVIII e s. : forge ?
Crédits Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11679/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. n°7 : Bénitier remployé comme creuset. Décor gravé de croix et de jambes (ex voto ?)
Crédits Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11679/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. n°8 : Fondations du trophée (panneau d'information)
Crédits Auteur(s) : Castellvi, Georges. Crédits : ADLFI - Castellvi, Georges (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11679/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Georges Castellvi, Josep Maria Nolla, Isabel Rodà, Aurélie Avarez, Marie-Louise Blangy, Jean-Claude Bessac, Jérôme Kotarba, Ricardo Mar, Theresa Marot, Marc Mayer, Jean-Louis Paillet et Michel Tesson, « Le Perthus – Panissars », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/11679

Haut de page

Responsables d'opération

Georges Castellvi

Articles du même responsable de fouilles

Josep Maria Nolla

Isabel Rodà

Aurélie Avarez

Marie-Louise Blangy

Jean-Claude Bessac

Articles du même responsable de fouilles

Jérôme Kotarba

Articles du même responsable de fouilles

Ricardo Mar

Theresa Marot

Marc Mayer

Jean-Louis Paillet

Articles du même responsable de fouilles

Michel Tesson

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org