Navigation – Plan du site
2004

Joinville, Suzannecourt – Le Rongeant sud, Le Grand Pré

Responsable(s) des opérations : Yohann Thomas
Notice rédigée par : Yohann Thomas

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 4402

Date de l'opération : 2004 (EX)

1Les communes de Joinville et Suzannecourt se situent dans la vallée de la Marne, dans la zone d'interfluve avec le cours du Rongeant. L'assiette du projet de construction, à cheval sur les deux communes, correspond à une zone de 9,1 ha située sur le versant de la rive gauche du Rongeant.

2Aucun indice d'occupation sur les lieux ou à proximité immédiate n'a été jusqu'à maintenant documenté.

3Dans le fond de vallée, à proximité du cours actuel, les seuls indices d'occupation correspondent manifestement à des résidus piégés dans des chenaux comme l'attestent les observations effectuées dans l'un des sondages. Le contexte alluvial dynamique, au débouché d'une vallée très encaissée, n'a semble t-il pas permis la conservation de restes plus conséquents d'occupation (sols tronqués ?, pas de structures fossoyés identifiées).

4Le mobilier résiduel  recueilli (céramique, faune) indique toutefois une séquence d'occupation dans le courant de l'époque gallo-romaine, peut être à mettre en rapport avec le fossé identifié sur la partie haute du site et daté de l'époque gallo-romaine sans précision, d'après les restes d'une bouteille à col cylindrique décorée à la molette.

5Les autres témoins d'occupation archéologique relevés se rattachent pour l'essentiel à des fossés, parmi lesquels se distinguent par leur dimension, un fossé à profil trapézoïdal et un fossé à profil en V dont le remplissage a livré un tesson céramique et un ressort de fibule attribuables à une séquence chronologique large, du Hallstatt récent à La Tène finale. En l'absence d'informations complémentaires, et en regard de la vision partielle de leur extension, il est difficile de se prononcer sur leur fonction.

6L'opération a néanmoins permis de mettre en évidence un aménagement hydraulique, peut être lié à une fonderie. Cette installation présente un canal de dérivation, long d'environ 25 m pour une dizaine de mètres de largeur, équipé de vannes, dont il ne subsiste que quelques poutrages de bois. Le bief de collecte des eaux qui suit, est encore identifiable en surface par un léger creux linéaire. La coupe de la structure a permis de constater qu'il s'agissait d'un ouvrage maçonné en pierre de 2,10 m de largeur. Les parements sont constitués par un moyen appareil subsistant sur une hauteur de 0,90 m. Le fond est pavé avec des pierres plates posées de champ. La présence de rejets massifs de déchets de fonderie (sable charbonneux, blocs de verre de fonderie, scories) dans le bief laisse envisager sur ces lieux l'installation d'une fonderie. L'environnement de deux lignes de murets, d'environ 4 m de longueur et dont les dernières assises sont encore visibles à la surface du sol actuel, a été testé à la pelle mécanique afin de savoir si une installation liée à la production métallurgique était à situer dans ce secteur.

7Au final, ces murs sont à associer à l'aménagement d'un aqueduc, manifestement postérieur et caractérisé par le captation des eaux par une buse en béton.

8THOMAS Yohann 

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Yohann Thomas, « Joinville, Suzannecourt – Le Rongeant sud, Le Grand Pré », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Champagne-Ardenne, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 26 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/11487

Haut de page

Responsable d'opération

Yohann Thomas

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org