Navigation – Plan du site
2004

Bazancourt – Distillerie Cristanol

Responsable(s) des opérations : Vincent Desbrosse
Notice rédigée par : Vincent Desbrosse

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 4373

Date de l'opération : 2004 (EV)

1La construction d’une distillerie par le groupe sucrier Cristal Union est à l’origine d’opérations d’archéologie préventive. Les villages de Bazancourt et de Pomacle sont implantés dans la partie septentrionale de la Champagne crayeuse, à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Reims. Les 45 ha du projet initial ont été sondés en 2003, sous la direction de Marie-Cécile Truc (Truc  et al., 2003). Les parcelles se répartissent de part et d’autre d’un maigre ru s’écoulant, du sud vers le nord, sur 2,5 km, avant de se jeter dans la Suippe. Rarement, jusqu’alors, une telle surface avait pu être sondée à proximité d’un cours d’eau de la Champagne crayeuse. Les huit indices de sites révélés par les sondages, ont tous livré des traces d’occupation protohistorique. Deux d’entre elles firent l’objet d’une fouille durant les mois de juillet et août 2004.

2

3

4

5

Sur les Petits poissons (site 2)

6Le décapage de 2004 n’a concerné qu’une petite partie d’une occupation beaucoup plus vaste, qui se développe vers l’est. En effet, des opérations ultérieures de sondages attestent que des creusements anthropiques sont présents sur au moins 5 ha (Brun, 2005 ; Desbrosse, 2006). L’ouverture de 0,8 ha, réalisée en 2004, est située à mi-pente d’un versant exposé à l’ouest, le ru coulant à 400 m.

7Aucune structure n’ayant été retrouvée dans la partie sud-ouest du décapage, au-delà d’une ligne nord-nord-ouest – sud-sud-ouest, il est probable que la limite ouest du site soit atteinte. Si on admet que les ensembles de trois poteaux sont les restes de bâtiments à quatre poteaux porteurs dont l’érosion a tronqué le plan, on totalise alors vingt bâtiments (4 à 3 poteaux, 15 à 4 poteaux et 1 à 6 poteaux). Ils peuvent tous entrer aisément dans la catégorie des annexes agricoles de type grenier. Aucune fosse contemporaine de l’occupation n’a été découverte. Les tessons proviennent donc des trous de poteau. Après l’opération de 2004, aucune datation fiable ne pouvait être proposée eut égard à la faible quantité de mobilier céramique.

La Large Eau (site 3)

8Contrairement au site précédent, le site de La Large Eau (site 3) est situé en totalité dans le projet initial de distillerie. Un décapage de 2,7 ha a permis d’appréhender le site dans sa globalité. Il se développe à 300 m au sud du site précédent et à 250 m à l’est du ru. Il bénéficiait d’un état de conservation remarquable, essentiellement dû à sa localisation en bas de pente. En outre, la lisibilité du plan de cette occupation était facilitée par la rareté des vestiges laissés par les autres périodes (notamment ceux de la Première Guerre mondiale).

9Sur ce site également, le stockage aérien tient une place prépondérante. Mais ce qui en fait son intérêt, c’est son plan remarquable avec ses palissades ceinturant un espace où l’organisation est très stricte : les constructions sont concentrées le long des palissades, a contrario les zones éloignées des entrées semblent « vides ».

10Des tranchées de palissade délimitent au nord, à l’ouest et partiellement au sud une surface de 12 800 m². À l’est, l’interruption des fossés est nette et ne peut être imputée à l’érosion, il est donc probable que ce système de palissade était complété et fermé par un système nécessitant un moindre ancrage dans le sol (talus ? haie ?). Au sein de cette aire, quatre subdivisions principales, pourvues chacune d’une entrée monumentale, peuvent être identifiées. Pour accéder à l’intérieur des enclos, il faut donc d’abord franchir un porche puis traverser un vaste bâtiment servant d’entrée. Des entrées plus simples ont probablement une fonction différente (accès du bétail ?). Quarante-neuf plans de bâtiments dont quarante-trois sont à quatre poteaux ont été identifiés dans les surfaces encloses. Une seule fosse contemporaine de l’occupation pourrait être une fosse de stockage. Il y a donc prédominance du stockage aérien, même si l’on ne doit pas considérer que tous les bâtiments à quatre poteaux aient eu uniquement une fonction de grenier. La présence d’une fusaïole est peut-être l’indice de pratiques artisanales à cet endroit. La rareté des fosses explique en grande partie le peu de mobilier récolté et sa fragmentation : 440 tessons pour un poids total de 5 kg.

11La céramique recueillie permet de dater le site du Hallstatt C et l’occupation ne semble guère se prolonger au début du Hallstatt D1. Les éléments céramiques ne sont pas assez abondants pour proposer un phasage du site, mais des indices (reconstruction de bâtiments au même endroit, fossés se recoupant, etc.) prouvent qu’il y a eu des modifications apportées au plan d’ensemble, mais probablement sur une courte période (deux générations ?). L’accroissement s’est fait vers l’ouest, avec le souci d’accroître encore la monumentalité au niveau de l’entrée.

12Les palissades, les systèmes d’entrée monumentaux, l’ordonnancement rigoureux qui a présidé à l’implantation des bâtiments reflètent le statut très particulier de ce site. En revanche, le mobilier céramique est banal. Cette apparente contradiction entre mobilier céramique et traces architecturales s’explique probablement par la petite quantité de céramique retrouvée sur le site. Le peu de mobilier recueilli pourrait également laisser penser de prime abord qu’il s’agit d’un site spécialisé dans le stockage, avec une faible présence humaine. Mais plusieurs constats semblent tempérer cette proposition. Tout d’abord, la rareté du mobilier s’explique probablement plus par le petit nombre de fosses que par une faible présence humaine. En effet, le piégeage dans les trous de poteau est plus aléatoire que dans des fosses, qui ont pu être comblées avec des déchets domestiques. Deuxièmement, le mobilier céramique ne reflète pas une spécialisation particulière,  différentes catégories céramiques y sont représentées. Le mobilier pris séparément n’inviterait pas à s’interroger sur la nature de ce site : on conclurait qu’il s’agit d’un site d’habitat.

13Troisièmement, dans la surface délimitée par les fossés de palissade,  il y a de vastes espaces « vides » qui ne peuvent uniquement s’expliquer par les impératifs liés à la circulation des personnes et des produits. La rationalisation observée dans l’alignement des bâtiments n’a donc pas été poussée jusqu’à « économiser » l’espace. C’est donc bien l’indice qu’à l’intérieur de la surface enclose, il y avait d’autres activités/constructions qui n’ont pas laissé de creusements assez profonds pour être retrouvées.

14L'autre argument qui pourrait indiquer qu’il n’y a pas de présence humaine permanente à cet endroit est l’absence d’un plan de bâtiment, qui pourrait être interprété comme une habitation. À Isles-sur-Suippe, un grand bâtiment aligné le long d’une palissade pourrait avoir cette fonction. Sur ce site légèrement plus récent (Hallstatt D1) découvert à seulement 3,5 km au nord-est dans la vallée de la Suippe, un grand bâtiment à trois nefs se distingue des autres plans à quatre ou six poteaux (Dugois, 1992). Or le plan au sol de ce dernier a des parentés avec le bâtiment de l’entrée A, palissades et porche en moins. Parmi les bâtiments d’entrée, il pourrait donc y avoir une différence entre ceux ayant les plans les plus simples uniquement dévolus aux entrées, et ceux plus complexes qui ont dû abriter d’autres activités. L’hypothèse proposée par l'architecte Maxence Poirier de voir dans ces bâtiments des habitations, semblerait donc prendre corps. Cette implantation aurait en effet le double avantage de non seulement contrôler les mouvements, mais en plus, du fait de leur position excentrée, de garantir la meilleure vision possible de ce qui se passe dans la cour. Cependant, l’entrée A intégrée dans un système de palissades venant doubler les palissades externes, une partie dévolue au bétail n’est peut-être pas à exclure dans ce secteur.

15Enfin, ces bâtiments renfermant ce qui était la richesse de l’époque, il semble difficile de croire qu’il n’y ait pas une présence humaine sur place. Les palissades ont certes un rôle de prestige et concourent à la monumentalité des entrées, mais leur ferme ancrage dans le sol a probablement également un rôle dissuasif.

16L’occupation de La Large Eau, avec les autres occupations palissadées découvertes ces dernières années, comme Oger (Friboulet, 2000) ou Les Mesneux (Bocquillon, 2005), concourent à enrichir les données sur les sites domestiques hallstattiens et à révéler toute la diversité de ceux-ci.

17 (Fig. n°1 : Vue du système d’entrée A depuis l’est) , (Fig. n°2 : Plan interprétatif des structures) (Fig. n°3 : Vue du système d’entrée A, depuis l’ouest) , (Fig. n°4 : Vue du système d’entrée D, depuis l’ouest)

18DESBROSSE Vincent

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue du système d’entrée A depuis l’est

Fig. n°1 : Vue du système d’entrée A depuis l’est

Auteur(s) : Desbrosse, Vincent (INRAP). Crédits : INRAP (2004)

Fig. n°2 : Plan interprétatif des structures

Fig. n°2 : Plan interprétatif des structures

Auteur(s) : Culot, S. (INRAP) ; Postel-Vinay, B. (INRAP) ; Duda, D. (INRAP) ; Desbrosse, Vincent (INRAP). Crédits : INRAP (2004)

Fig. n°3 : Vue du système d’entrée A, depuis l’ouest

Fig. n°3 : Vue du système d’entrée A, depuis l’ouest

Auteur(s) : Desbrosse, Vincent (INRAP). Crédits : INRAP (2004)

Fig. n°4 : Vue du système d’entrée D, depuis l’ouest

Fig. n°4 : Vue du système d’entrée D, depuis l’ouest

Auteur(s) : Desbrosse, Vincent (INRAP). Crédits : INRAP (2004)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue du système d’entrée A depuis l’est
Crédits Auteur(s) : Desbrosse, Vincent (INRAP). Crédits : INRAP (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11429/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. n°2 : Plan interprétatif des structures
Crédits Auteur(s) : Culot, S. (INRAP) ; Postel-Vinay, B. (INRAP) ; Duda, D. (INRAP) ; Desbrosse, Vincent (INRAP). Crédits : INRAP (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11429/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. n°3 : Vue du système d’entrée A, depuis l’ouest
Crédits Auteur(s) : Desbrosse, Vincent (INRAP). Crédits : INRAP (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11429/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. n°4 : Vue du système d’entrée D, depuis l’ouest
Crédits Auteur(s) : Desbrosse, Vincent (INRAP). Crédits : INRAP (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11429/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Vincent Desbrosse, « Bazancourt – Distillerie Cristanol », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Champagne-Ardenne, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 22 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/11429

Haut de page

Responsable d'opération

Vincent Desbrosse

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org