Navigation – Plan du site
2004

Witry-lès-Reims – La Commelle

Responsable(s) des opérations : Sophie Oudry
Notice rédigée par : Sophie Oudry

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 4993

Date de l'opération : 2004 (FP)

1La  fouille qui s’est déroulée préalablement à l’aménagement d’une ZAC correspond à l’extension nord de la nécropole qui avait été fouillée en 1997 par B. Robert, S. Desenne et L. Bonnabel, avant la construction de l’autoroute A34. Cette fouille a été divisée en deux secteurs. Le premier, au nord-ouest, a livré principalement un fossé d’enclos circulaire de grande taille interprété comme un enclos funéraire ou cultuel et daté de la fin du premier âge du Fer ou du début du second âge du Fer, ainsi que deux fossés d’enclos carrés de petite taille (autour de 3 m de côté), dont la datation et la fonction restent à ce jour inconnues. Le lien entre les occupations des deux secteurs n’a pas été clairement établi. Il semblerait toutefois que le fossé de l’enclos circulaire était en cours d’abandon au moment de l’utilisation de la nécropole voisine.

2Le deuxième secteur, distant du premier d’environ 410 m, a livré quatorze sépultures à inhumation renfermant au moins vingt et un individus, deux fossés d’enclos circulaires et de nombreux tronçons de fossés rectilignes, mais incomplets. Au nord-est de ce secteur, une série d’ornières parallèles a été fouillée, mais elle n’a pas livré de mobilier. Ces ornières sont certainement à relier à la voie romaine Reims-Trèves, qui est localisée à une centaine de mètres au nord. Deux des sépultures ont été fortement perturbées par le creusement d’une tranchée lors de la guerre 14-18.

3Les sépultures, organisées en petits groupes, étaient moyennement conservées. Quelques-unes d’entre elles ont livré un mobilier relativement riche (offrandes animales, nombreux types de récipients céramiques, parures en alliage cuivreux, outillage et armement en fer), qui a permis de situer l’occupation de la nécropole entre l’Aisne-Marne II C et l’Aisne-Marne III C, avec 3 phases d’occupation (phase 1 : Aisne-Marne II C ; phase 2 : Aisne-Marne III A ; phase 3 : Aisne-Marne III C). Il s’agit donc d’une nécropole qui n’a pas été utilisée sur une très longue période, aucun système de signalisation des sépultures n’a été découvert aux abords de celles-ci. Aucune répartition géographique particulière n’a été observée, que ce soit en fonction de l’âge ou du sexe de l’individu, de la richesse des dépôts. Du point de vue de la datation, on note que les sépultures les plus anciennes sont localisées au centre du groupe de sépultures découvertes et que les sépultures les plus récentes semblent plutôt localisées sur le pourtour du groupe. Il faut cependant être prudent et ne pas considérer trop vite que les sépultures les plus tardives sont des « satellites » venus s’installer en raison de la présence plus ancienne d’autres sépultures, car l’échantillon est peu important en nombre et il reste un certain nombre de sépultures qui n’ont pas pu être rattachées à une phase en particulier de l’Aisne-Marne, en l’absence de mobilier datant précisément.

4Les fosses sont principalement rectangulaires et d’une profondeur moyenne, les individus sont déposés en décubitus dorsal avec les membres en extension. Lorsqu’ils sont accompagnés de mobilier, celui-ci est déposé suivant quelques règles ; le mobilier céramique est déposé à droite du défunt entre le bassin et le haut de la sépulture, les offrandes animales sont déposées près de la main droite et le mobilier métallique est en position fonctionnelle.

5Parmi les individus inhumés, nous avons noté la présence de 19 adultes et de 2 immatures, ainsi que de 8 hommes et de 2 femmes. Evidemment cet échantillon de population ne correspond pas à celui que l’on attend lorsque l’on est en présence d’une population pré-jennerienne. L’état sanitaire de la population est moyen et la sphère buccodentaire montre que les dents notamment sont assez peu entretenues.

6Les conclusions des études des pratiques funéraires et du mobilier semblent indiquer que ce groupe de sépultures nouvellement fouillées est similaire à celui fouillé en 1997. Cependant, dans l’état actuel de nos connaissances il est difficile de dire s’il s’agit de sépultures bien intégrées à la nécropole de 1997, ou bien d’un nouveau noyau. D’après l’étude du mobilier, on peut dire que la nécropole de Witry-lès-Reims s’intègre bien au domaine Aisne-Marne et présente de nombreuses similitudes avec les nécropoles avoisinantes utilisées à la même époque. 

7OUDRY Sophie 

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sophie Oudry, « Witry-lès-Reims – La Commelle », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Champagne-Ardenne, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/11427

Haut de page

Responsable d'opération

Sophie Oudry

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org