Navigation – Plan du site
2004

Romilly-sur-Seine – Les Hauts Buissons

Responsable(s) des opérations : Gilles Deborde
Notice rédigée par : Gilles Deborde

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 4899

Date de l'opération : 2004 (EX)

1Un projet de lotissement, initié par la ville de Romilly-sur-Seine pour un terrain de 43 460 m2 , a fait l’objet en juillet 2004 d’une évaluation archéologique préalable. La parcelle étudiée est bordée à l’ouest par le Chemin du Moulin et à l’est par la Voie Blanche.

2Sur le territoire de la commune de Romilly-sur-Seine, les indices de sites archéologiques sont principalement concentrés dans le couloir alluvial de la Seine, milieu favorable à la conservation des vestiges. Le projet de lotissement concerne ici le rebord d’un plateau de craie blanche turoniennee érodé par les labours, retenant superficiellement quelques petits blocs de grès.

3Cent six sondages, régulièrement répartis sur l’emprise, ont révélé un ancien fossé, bordé de fosses quadrangulaires d’un mètre carré chacune et de faible profondeur, matérialisant les abords aménagés de la Voie Blanche (plantations). Nous n’avons observé aucun aménagement similaire en bordure du Chemin du Moulin.

4 Trous d’hommes

5Deux fosses, localisées à proximité du Chemin du Moulin, présentaient un plan ovalaire de 1,60 m x 1,20 m, une profondeur de 0,45 m et 0,70 m dans la craie et un fond aplani. Un palier d’accès avait été taillé dans la paroi de la fosse la plus profonde. Elles conservaient toutes deux un remplissage constitué de limon crayeux et de cailloux de craie. Un tesson de faïence pour l’une et la tête d’un engin explosif militaire pour l’autre confirment deux « trous d’hommes » en relation avec un système de défense de la base aérienne militaire de Romilly-sur-Seine, installée sur l’emplacement du terrain d’aviation actuel, bombardée au cours de la Seconde Guerre mondiale. 

6 Enclos de pâture

7Les sondages ont également mis en évidence le développement d’un enclos quadrangulaire, de 51 m x 38 m, délimité par un fossé largement ouvert de 1,20 m de largeur et de 0,40 m de profondeur dans la craie (Fig. n°1 : Plan de l'enclos quadrangulaire) .

8Le remblai d’occlusion est constitué de limon à nodules crayeux. Il couvre un dépôt inférieur présentant une charge importante en cailloux de craie et sable crayeux, parfois fortement compacté. Aucun élément bâti ou excavé n’a été détecté sur l’aire intérieure de l’enclos. Le remblai du fossé n’a livré aucun indice matériel de construction, à l’exception d’un fragment d’ardoise

9Divers fragments de céramiques et de verre déplacés lors du comblement du fossé proviennent de vaisseliers postérieurs à la fin du Moyen Age (16e s.-17e s.). Une partie de la carcasse d’un bovin en situation primaire, présentant des connexions défaites ou déplacées (décomposition in situ), reposait dans l’angle sud-est du fossé de l’enclos.

10L’occlusion de l’enclos ne paraissant pas très ancienne, une recherche a été entreprise auprès des Archives départementales de l’Aube, afin de tenter d’approcher  l’historique de cette parcelle. L’atlas parcellaire du canton de Romilly, achevé en 1811, comprend deux feuilles relatives à la section F, dit du « Trou du Chêne », la seconde feuille se rapportant au secteur du « Champ Chardon » en particulier. Tandis que sur ce dernier document la pointe méridionale du lieu-dit apparaît très morcelée, les trois quarts septentrionaux sont occupés par une grande parcelle de 41 ha (parcelle 188) à l’intérieur de laquelle apparaissent deux petites parcelles quadrangulaires isolées sans accès direct au chemin du Moulin ou au chemin de la Reine Blanche. À noter la transformation de ce toponyme en « Voie Blanche ».

11La parcelle 187 mesure 21 perches et 75 m ; la parcelle 189 totalise 24 perches et 71 m. Tandis que la parcelle 188 (43 arpents, 14 perches et 40 m) est classée parmi les terres cultivables, les deux îlots sont des bois appartenant au même propriétaire.

12La superposition des deux cadastres, après mise en concordance des échelles, permet de vérifier que l’enclos mis au jour sur l’aire du diagnostic correspond tout à fait à l’emprise de la parcelle 189.

13La figuration de l’ancien cadastre communal ne laisse pas percevoir l’existence de fossés autour de ces parcelles boisées. Elle confirme simplement la pérennité de ces enclos dans le paysage jusqu’à une date tardive. Ces structures fossoyées pourraient être un héritage d’un ancien système d’enclosure en pratique en Europe à partir de la fin du 15e s., marquant le passage d’une gestion communautaire des ressources agraires à une gestion individuelle.     

14DEBORDE Gilles 

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan de l'enclos quadrangulaire

Fig. n°1 : Plan de l'enclos quadrangulaire

Auteur(s) : Bouvard, E. ; Deborde, Gilles (INRAP). Crédits : Deborde, Gilles ; Bouvard, E ; INRAP (2004)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan de l'enclos quadrangulaire
Crédits Auteur(s) : Bouvard, E. ; Deborde, Gilles (INRAP). Crédits : Deborde, Gilles ; Bouvard, E ; INRAP (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Gilles Deborde, « Romilly-sur-Seine – Les Hauts Buissons », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Champagne-Ardenne, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/11373

Haut de page

Responsable d'opération

Gilles Deborde

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org