Navigation – Plan du site
2004

Buchères, Moussey, Saint-Léger-Près-Troyes – Parc Logistique de l'Aube

Responsable(s) des opérations : Vincent Riquier
Notice rédigée par : Vincent Riquier

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 4880

Date de l'opération : 2004 (EX)

1Dans le cadre du projet d’aménagement du Parc Logistique de l’Aube, une première opération de diagnostic archéologique a été organisée sur la série de parcelles disponibles dès le mois de septembre 2004. La taille conséquente du projet global (260 ha) permettait de scinder les travaux archéologiques en plusieurs phases, soit en premier lieu une superficie de 103 ha.

2L’ensemble du Parc forme un bloc trapézoïdal, qui s’appuie au sud sur plus de 2 km d’une section de l’autoroute A5 et se trouve encadré à l’ouest par une ligne de chemin de fer reliant Troyes à Saint-Florentin, à l’est par une portion de la RD 444 puis un chemin d’exploitation et au nord par la RD 85a. Cette configuration spatiale mord sur trois communes rurales : par ordre de grandeur, Buchères, Saint-Léger-Près-Troyes et Moussey.

3Pour cette première phase de diagnostic, les découvertes sont nombreuses, puisque trente-huit occupations ont été mises au jour  (Fig. n°1 : Tableau des occupations) et (Fig. n°2 : Plan général des sodages) . Elles concernent toutes les périodes depuis le Néolithique ancien jusqu’à l'époque médiévale. Globalement dominée par des témoins d’installations agricoles et d’habitat, la série d’occupation est aussi composée de trois lieux funéraires, protohistorique et médiéval-moderne.

4L’opération a été effectuée au moyen de quatre pelles à chenilles de 180 et 220 CV en 23 jours (91 jours d’engins). Afin de réduire au maximum les déplacements et d’optimiser la coordination de chaque poste à la chaîne de travail, la méthode adoptée par l’équipe a consisté à sonder les terrains selon un maillage systématique (sondages en quinconce) et les quatre engins en parallèle.

5Selon la configuration des parcelles, le taux de sondage peut varier entre 9 % et 14 %. Le taux de sondage moyen approche les 11,5 %. Au total, 1397 sondages d’une trentaine de mètres de longueur en moyenne auront été nécessaires pour mener le diagnostic à terme sur les 103 ha (95 ha de terrain + 8 ha de bois, chemins, etc.).

6Sans entrer dans les détails des occupations découvertes, on peut résumer à grands traits l’évolution locale du peuplement. On observe une présence soutenue du peuplement humain dès le Néolithique ancien ; un manque certain d’informations concerne les deux millénaires qui séparent le début du Néolithique de celui de l’âge du Bronze. C’est au cours de l’âge du Bronze et du Hallstatt que se situe le climax des occupations du Parc. Ensuite, une lente décrue de l’impact humain sur le territoire s’opère entre la fin du Hallstatt et le Bas-Empire romain, pendant six siècles. Un second mais court pic au moment du Bas-Empire (3e  s.-5e  s.) suggère un retour des installations dans les campagnes. Depuis, les rares occupations médiévales et modernes attestent d’un usage exclusivement agricole ou pastoral pour ce terroir. Le tableau (fig. 1) récapitule les données génériques par occupation.

7Cette première tranche de diagnostic archéologique aura paradoxalement permis, par l’éclatement des parcelles à sonder sur l’emprise globale, un échantillonnage très instructif et sur le degré de conservation des vestiges archéologiques et sur le potentiel de découvertes. En effet, c’est d’abord la densité des occupations (38 pour une centaine d’ha) qui frappe autant que la relative dispersion sur l’ensemble des étages topographiques. On pourra détailler ensuite que l’impact humain a été moindre sur la rive droite du ruisseau des Fontaines de Savoie. Sur la rive gauche, on observe a contrario et par deux fois un phénomène d’occupations cumulées digne des grandes vallées alluviales.

8Dans un second temps, la chronologie des occupations reconnues prouve une installation pérenne des populations depuis 7 000 ans sur le même terroir et ce quasiment en continu. Avec des variations en amplitude qui doivent être analysées de manière plus rigoureuse par le biais d’opérations de fouille, la courbe générale des occupations dresse un bilan provisoire mais très positif d’un point de vue scientifique. Une telle richesse en termes de potentiel archéologique suscite de nombreuses interrogations quant à la place qu’a pu tenir l’ensemble de la plaine de Troyes depuis la très haute Antiquité dans la région.

9Riquier Vincent 

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Tableau des occupations

Fig. n°1 : Tableau des occupations

INRAP (2004)

Fig. n°2 : Plan général des sodages

Fig. n°2 : Plan général des sodages

INRAP (2004)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Tableau des occupations
Crédits INRAP (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. n°2 : Plan général des sodages
Crédits INRAP (2004)
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/11315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Vincent Riquier, « Buchères, Moussey, Saint-Léger-Près-Troyes – Parc Logistique de l'Aube », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Champagne-Ardenne, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 30 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/11315

Haut de page

Responsable d'opération

Vincent Riquier

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org