Navigation – Plan du site
2004

Saint-André-les-Vergers – Echenilly

Responsable(s) des opérations : Fabien Langry-François
Notice rédigée par : Fabien Langry-François

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 4489

Date de l'opération : 2004 (EX)

1Le diagnostic archéologique a mis au jour les structures anthropiques suivantes : 2 zones limoneuses, 18 fosses, 5 fossés, 11 trous de poteau (dont 8 appartenant à une palissade), 1 silo, 1 muret en craie et 1 base de poteau en sable et craie. L’opération de diagnostic a été motivée par l’aménagement à venir de l’échangeur d’Echenilly, concernant la rocade ouest de l’agglomération troyenne.

2L’emprise totale de la zone initiale est de 43 900 m2 . La totalité des surfaces inaccessibles pour cause de procédure d’expropriation est de 8 647 m2 (dont inaccessible pour impossibilité de passage : 1 690 m2 ). Une petite partie de l’emprise (environ 3 000 m2 ) n’a pu être sondée en raison des difficultés d’accès, de la densité des réseaux y étant implantés et de l’impossibilité d’y décharger un engin mécanique. La surface soumise au diagnostic archéologique est donc de 32 253 m2 . La surface sondée et d’environ 3 772 m2 , soit 11,6 % de la surface soumise au diagnostic et 8,5 % de la surface totale.

3Hormis les quelques structures d’époque moderne ou plus récentes relevant d’une occupation lacunaire, les mises au jour mettent en avant une occupation ancienne, remontant à  la transition entre l’âge du Bronze final et le début de la période hallstattienne. Le secteur 1 présente une nette concentration de vestiges chronologiquement homogènes et fortement structurés. La plus faible implantation au sud du secteur 4 s'en rapproche par ses datations et la typologie des éléments découverts. Ce petit secteur présente donc une continuité de l’occupation attribuée à la période protohistorique observée dans le secteur 1, dans une densité qui n’a pu être réellement estimée.

4Il est, pour ces deux zones, regrettable de n’avoir pas pu explorer les parcelles proches (en procédure d’expropriation), qui auraient peut-être apporté quelques précisions quant à la nature de ces implantations anciennes. Il est souhaitable que cette exploration puisse avoir lieu dans un second temps, en vue de compléter l’approche du territoire qui  pourra être fait lors de fouilles plus approfondies. Une étude plus fournie du site permettrait de comprendre la nature précise et l’ampleur de cet établissement et de l’insérer dans la dynamique de peuplement des premières terrasses de la vallée de la Seine au début de la période hallstattienne.

5LANGRY-FRANCOIS Fabien 

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Fabien Langry-François, « Saint-André-les-Vergers – Echenilly », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Champagne-Ardenne, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 24 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/11187

Haut de page

Responsable d'opération

Fabien Langry-François

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org